02.03.2020 à 12:21

FootballLausanne-Sport promu sur le tapis vert?

Au moment où le football suisse esquisse des solutions de crise, un scénario verrait un changement de formule, avec le passage à 12 clubs dès cet été. Voilà qui «profiterait» notamment au LS. Xamax et Thoune seraient eux sauvés.

par
Sport-Center
Si les championnats ne devaient jamais reprendre, qu'adviendrait-il du LS, confortable leader de Challenge League? Ses joueurs - on reconnaît ici Zeqiri et Turkes - pourraient être automatiquement promus si la formule à 12 équipes était entérinée...

Si les championnats ne devaient jamais reprendre, qu'adviendrait-il du LS, confortable leader de Challenge League? Ses joueurs - on reconnaît ici Zeqiri et Turkes - pourraient être automatiquement promus si la formule à 12 équipes était entérinée...

Keystone

Personne ne sait bien sûr ce qui sortira de la réunion de crise qui réunira ce lundi dans un hôtel bernois, à partir de 14h, les 20 clubs de la Swiss Football League. Ce que l’on sait déjà, c'est qu’une très large majorité des présidents n’entend pas disputer les deux prochaines rondes à huis clos, en raison des conséquences financières que cela entraînerait.

Dans cette logique-là, les championnats de Super et Challenge League devraient ainsi encore rester à l’arrêt les deux prochains week-ends (soit les 25e et 26e journées). Au siège de la SFL, on s’accroche à l’idée que la situation sanitaire puisse s’améliorer d’ici au 15 mars dans l’espoir que la compétition pourrait ensuite reprendre avec du public. Pourtant, rien n’indique qu’il en sera ainsi dans la réalité, ce qui, le cas échéant, pourrait provoquer l’arrêt définitif des championnats et leur annulation.

Conscient de la gravité de la situation, Christian Constantin se montre particulièrement pessimiste. «En l’état, estime le président du FC Sion, joint avant de prendre le chemin de Berne, je ne vois pas comment le championnat pourrait reprendre. Repousser, c’est se donner de faux espoirs.»

Si les championnats ne pouvaient définitivement pas reprendre, qu’adviendrait-il alors des résultats enregistrés jusque-là? Seraient-ils gelés ou carrément annulés? Suivant les différents scénarios, les incidences seraient bien sûr énormes, notamment pour l’attribution des places européennes et la lutte pour le maintien.

A cet égard, une hypothèse de travail commence à circuler en coulisses. Au moment où la Super League étudie toujours un changement de formule, avec la volonté réaffirmée d'augmenter le nombre des participants à 12 équipes (en dépit de l’opposition du FC Bâle et d’YB), il s’agirait en l’occurrence d’utiliser le possible - mais redouté - arrêt du championnat pour monter directement, dès le prochain exercice, à 12 clubs dans l’élite helvétique.

Annuler les résultats obtenus en 2020?

Concrètement, cela signifierait qu’il n’y aurait aucune relégation cette saison – tant Xamax (actuel barragiste) que Thoune (lanterne rouge) seraient sauvés – et que Lausanne, confortable leader de Challenge League, serait automatiquement promu en compagnie du FC Vaduz (2e). Une perspective qui n’enchanterait évidemment pas Grasshopper, toujours à la lutte avec le club de la Principauté pour arracher un billet de barragiste. Dans un autre cas de figure, tous les résultats obtenus en 2020 pourraient être annulés, et le classement établi sur la base des 18 premiers matches (jusqu’à Noël). On le répète, il ne s’agit là que d’une théorie parmi d’autres. La vérité, c’est qu’au rythme où s’accélère la propagation du Covid-19 en Suisse, personne n’est en mesure d’imaginer la situation qui prévaudra à partir du 15 mars. Et donc ce qu’il conviendra de faire à ce moment-là.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!