Vaud - Lausanne tient sa promesse faite aux femmes et engage une guette
Publié

VaudLausanne tient sa promesse faite aux femmes et engage une guette

C’est du jamais vu depuis 1405. Le 16 août, la première guette de l’histoire a pris ses fonctions à la Cathédrale de Lausanne pour scander les heures de 22h à 2h.

A l’occasion de la grève des femmes du 14 juin 2019, promesse avait été faite par la Ville de féminiser le poste de guet dès que l’occasion se présenterait. Deux ans plus tard, suite au départ d’un guet auxiliaire, un processus de remplacement a été mis en place et a permis de tenir cet engagement. Cassandre Berdoz a pris ses fonctions le 16 août 2021, comme guette auxiliaire.

De mémoire de guet, jamais cette fonction n’avait été incarnée officiellement par une femme. Les archives relatent bien l’histoire de Blanche Bovard, une femme qui en 1922 remplaça au pied levé son père subitement décédé, mais sans reconnaissance des autorités lausannoises qui lui ont rapidement désigné un successeur à la moustache épaisse, raconte un communiqué de la ville diffusé jeudi.

Cassandre Berdoz veillera sur les nuits lausannoises en annonçant les heures aux quatre vents et par tous les temps.

Cassandre Berdoz veillera sur les nuits lausannoises en annonçant les heures aux quatre vents et par tous les temps.

Ville de Lausanne

Première mondiale?

Aujourd’hui, les guets sont actifs dans 63 villes européennes situées dans 9 pays, dont la Suisse où ils évoluent à Schaffhouse, Bischofszell, Stein am Rhein et Lausanne. Si l’on en croit la guilde européenne des veilleurs et gardiens de nuit, il semblerait que, mis à part quelques remplacements épisodiques, cette fonction n’ait jamais été officiellement ouverte à une femme. Lausanne fait donc œuvre de pionnière en matière d’égalité.

«Aussi loin que je me souvienne, cette tradition me fascine et j'ai toujours voulu être guette»

Cassandre Berdoz, guettte auxiliaire

Cassandre Berdoz, Lausannoise de naissance, habitant et travaillant à Lausanne, va donc marquer l’histoire de son empreinte en devenant, selon toute vraisemblance, la toute première guette remplaçante d’Europe. «Aussi loin que je me souvienne, cette tradition me fascine et j'ai toujours voulu être guette; depuis mon enfance j’ai le rêve secret d’en faire partie, c'est donc un rêve qui se réalise et beaucoup d’émotions», confie la principale concernée.

Pour David Payot, Municipal en charge de la direction Enfance, jeunesse et quartiers, « le guet a toujours incarné une part de l’histoire de Lausanne ; mais il incarne aussi sa modernité, et désormais, sa volonté de parité».

Un peu d’histoire

Connu de tous les noctambules de la Cité pour ses annonces nocturnes, le guet de la Cathédrale constitue une institution lausannoise par excellence. Bien que son rôle de prévention des incendies ait disparu, il fait partie du charme de la vieille ville.

La première mention attestant la présence d’un guet à la Cathédrale de Lausanne remonte au 4 novembre 1405. La ville venait alors de subir un violent incendie et pour éviter que cela ne se répète, l’évêque Guillaume de Menthonnay, avec l’aide des délégués des quartiers, édicta de nouvelles ordonnances pour prévenir les incendies. Elles confirment un système déjà éprouvé, qui met en relation au moins deux guets de clocher (situés à la Cathédrale et à l’église Saint-François) et plusieurs guets de terre, qui parcouraient les quartiers à pied pour surveiller les départs d’incendie, sonnant et criant les heures par ailleurs.

Les sirènes d’alarme incendie de la ville, installées dès 1907, n’empêcheront par exemple pas le guet de continuer à assumer cette fonction jusqu’à l’après-Seconde Guerre mondiale. Et en 1960, lorsqu’il fut question de supprimer ou d’altérer cette fonction, les lettres de lecteurs ont déferlé dans la presse durant plus d’un mois, soulignant l’attachement de la population lausannoise à leur veilleur symbolique. Depuis, le guet crie les heures de 22h à 2h du matin, 365 jours par an, après avoir gravi les 153 marches du beffroi. Feu le dessinateur de presse Mix & Remix avait notamment occupé cette fonction pendant plusieurs années.

(comm/gma)

Votre opinion

83 commentaires