France - L’auteur présumé d’un féminicide à coups de marteau écroué
Publié

FranceL’auteur présumé d’un féminicide à coups de marteau écroué

Un individu de 39 ans a été mis en examen mercredi. La mère de famille à laquelle il était lié affectivement laisse 2 enfants, dont un a assisté à la scène.

Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

AFP

Un homme de 39 ans a été mis en examen et écroué, mercredi, pour «meurtre sur concubine», soupçonné d’avoir tué de plusieurs coups de marteau lundi à Arpajon (Essonne) une mère de famille avec laquelle il a dit entretenir une relation, a indiqué jeudi le parquet d’Evry.

Le suspect, placé en détention provisoire, a également été mis en examen pour «tentative de meurtre» à l’encontre d’une amie de sa concubine, a précisé le parquet d’Evry, confirmant une information du journal Le Parisien.

Présente dans l’appartement au moment des faits, cette amie aurait été blessée quand elle cherchait à s’interposer entre le suspect et la victime âgée de 30 ans.

Des enfants de 2 et 11 ans

Selon les premiers éléments de l’enquête recueillis lundi auprès d’une source policière, les deux femmes seraient venues «passer le week-end» chez le suspect qui vivait seul depuis deux mois dans un appartement à Arpajon, commune de plus de 10’000 habitants, située à une trentaine de km au sud de Paris.

Puis, les enquêteurs ont établi un lien affectif entre le suspect et la victime, tous deux Erythréens. L’homme a indiqué entretenir une relation depuis quelques mois avec la mère de famille. Le différend aurait éclaté car la victime envisageait la venue en France du père de sa deuxième enfant, a expliqué le parquet d’Evry.

Lundi, les enfants de la victime, une fillette de 2 ans et demi et un garçon de 11 ans, ont été réveillés par les cris et le garçon «a assisté à la scène», avait indiqué une source policière à l’AFP.

Le collectif «Féminicides par compagnons ou ex» a recensé au moins 44 féminicides depuis le début de l’année, en incluant ce nouveau meurtre. En 2020, 90 féminicides ont été recensés par le ministère de l’Intérieur, contre 146 l’année précédente.

(AFPE)

Votre opinion