Chamoson (VS): Lave torrentielle: «On nous promet des travaux, mais rien n'a été fait»
Publié

Chamoson (VS)Lave torrentielle: «On nous promet des travaux, mais rien n'a été fait»

La spectaculaire vague de boue qui a déferlé sur le village mardi soir aurait pu être contenue si les travaux prévus avaient été réalisés.

par
Xavier Fernandez
1 / 7
La Losentse est sortie de son lit et a provoqué une coulée de boue ce mardi 7 aout 2018 vers 19h15 à Chamoson (VS).

La Losentse est sortie de son lit et a provoqué une coulée de boue ce mardi 7 aout 2018 vers 19h15 à Chamoson (VS).

Keystone
La Losentse est sortie de son lit et a provoqué une coulée de boue ce mardi 7 aout 2018 vers 19h15 à Chamoson (VS).

La Losentse est sortie de son lit et a provoqué une coulée de boue ce mardi 7 aout 2018 vers 19h15 à Chamoson (VS).

Keystone
La Losentse est sortie de son lit et a provoqué une coulée de boue ce mardi 7 aout 2018 vers 19h15 à Chamoson (VS).

La Losentse est sortie de son lit et a provoqué une coulée de boue ce mardi 7 aout 2018 vers 19h15 à Chamoson (VS).

Keystone

«D'un côté, je suis consciente que nous avons eu de la chance. Quelques minutes avant la coulée, mon mari promenait notre chien le long de la rivière. Heureusement, une dame l'a prévenu du danger et il a pu rentrer à temps. Cela dit, en plus de l'angoisse, je suis aussi fâchée. On nous promet des travaux pour abaisser le lit de la rivière depuis des années, mais rien n'a été fait. La commune a beaucoup de chance qu'il n'y ait pas eu de blessé», s'emporte Pierrette. Celle-ci habite à quelques pas du pont de Grugnay, à Chamoson, où une spectaculaire coulée de lave torrentielle a bien failli tout emporter sur son passage, mardi soir.

Le président est lui aussi fâché

Sur ce point, le Président de la commune, Claude Crittin, s'exprime sans ambiguïté. «C'est à son assurance de prendre en charge les frais, pour autant que les aménagements extérieurs soient couverts.» Quant à la grogne suscitée par le retard pris par les travaux d'endiguement, l'élu ne se défile pas: «Moi aussi, je considère qu'ils auraient déjà dû être faits. Il y a quatre ans que nous avons lancé la mise à l'enquête. Mais nous avons eu des oppositions et le dossier est resté longtemps coincé à Berne. Lorsqu'il y a des subventions fédérales et cantonales en jeu, les choses prennent plus de temps.»

Une source proche du dossier avance toutefois une autre version. «C'était un projet en trois parties. Les deux premières ont été réalisées il y a une dizaine d'années. Et, à l'époque, terminer la troisième était une priorité pour l'exécutif en place. Mais, à la suite des élections de 2012, l'équipe a changé et, visiblement, les priorités aussi...»

Travaux dès 2019

Toujours est-il que Claude Crittin promet d'inclure les 2 millions de francs nécessaires pour réaliser les travaux au budget 2019. Ceux-ci consisteront non seulement à rabaisser le lit de la rivière, mais aussi à surélever certains murs. Quant à la durée du chantier, qui devrait débuter au printemps, elle est de l'ordre d'un à deux ans. A court terme, néanmoins, la priorité du Président est de rencontrer les citoyens touchés par cette catastrophe naturelle et de les aider de son mieux. Pour ce qui est des travaux de remise en état, débutés mercredi, ils devraient se prolonger au moins une semaine.

Et quant à savoir si une nouvelle coulée de boue pourrait se produire, il n'y a qu'à observer le regard inquiet que les habitants de Chamoson lancent en direction de la montagne pour comprendre qu'ils ne se sentent à l'abri de rien. La prochaine vague torrentielle pourrait être dans 10 ans, 5 ans, demain...

Ce n'était pas une surprise

Vu de l'extérieur, le calme dont ont fait preuve les habitants de Chamoson que l'on peut voir sur les vidéos circulant sur le web semble étonnant. Le fait est que la question n'était pas de savoir si ça allait se produire, mais quand. «Celui qui habite un village situé dans un entonnoir doit savoir à quoi s'attendre», estime le président Claude Crittin. Et ce dernier d'ajouter: «Chamoson se trouve sur 350 mètres de gravats, c'est le plus grand cône d'alluvions de Suisse. Et c'est aussi ce qui fait de notre vin l'un des meilleurs au monde!» De plus, la lave torrentielle annonce son arrivée par un grand bruit de pierre qui s'entrechoquent, accompagné d'un léger tremblement de terre. Selon le président. on l'entend 10 minutes avant que la boue n'arrive au village.

Moins de 24 heures plus tard, sa maison conserve de nombreuses traces du passage de la coulée. Mais c'est avant tout son jardin et qui a souffert. L'un des murs extérieurs s'est affaissé, poussé par la boue qui s'est arrêtée à quelques centimètres de la propriété. Quant à la baie vitrée de la piscine, elle est recouverte de taches de terre et cassée par endroits. Bien sûr, maintenant, Pierrette se demande qui va payer les dégâts.

Votre opinion