Suisse - L’avion de transport était inclus dans l’offre d’Eurofighter
Publié

SuisseL’avion de transport était inclus dans l’offre d’Eurofighter

Au lieu d’acheter son propre avion de transport, le DDPS veut coopérer avec l'Allemagne et utiliser ses A400M. Pourtant, Berne a rejeté l’offre d’avion de combat d’Eurofighter qui incluait la mise à disposition de ces appareils en cas de besoin, préférant le F-35 américain.

L’utilisation des A400M allemands est à l’étude.

L’utilisation des A400M allemands est à l’étude.

AFP

Le Département de la Défense (DDPS) ne veut pas de son propre gros transporteur. Cela malgré les difficultés de la mission d’évacuation pour rapatrier ses employés suisses et le personnel afghan de Kaboul, pour laquelle Berne avait dû louer un avion à Swiss. Il préfère continuer à collaborer avec des partenaires étrangers. Les raisons ont été invoquées dans un communiqué, cité par la SonntagsZeitung. «Des coûts très élevés et probablement une faible utilisation. Au vu des besoins urgents d'investissement des forces armées dans d'autres domaines, ce serait une mauvaise priorisation.»

Offre rejetée par Berne

Comme premier partenaire de choix, le département nomme la Bundeswehr allemande qui a apporté son aide à Kaboul avec ses A400M. «Au niveau du DDPS, une coopération bilatérale encore plus forte avec l'Allemagne pour l'utilisation de la capacité de transport des A400M par la Suisse est actuellement à l'étude», écrit-il ainsi. C’est ce qui a soulevé des réactions. Car, l’utilisation des A400M et des possibilités de coopération bilatérale dans le domaine du transport aérien militaire étaient inclues dans l’offre d’avion de combat Eurofighter, refusée en faveur du F-35 américain. «Il paraît désormais évident que la Confédération a rejeté ce qui était probablement la meilleure offre», commente la SonntagsZeitung.

Le DDPS estime pour sa part que la décision en faveur du A-135 n’affectera pas les possibilités de coopération bilatérale dans le transport aérien militaire. Les critiques se font toutefois entendre. Pour la conseillère nationale Priska Seiler Graf (PS/ZH), l'offre allemande de pont aérien est ainsi «une raison de plus pour ne pas compter sur un avion américain». Et d’ajouter que le DDPS aurait été trompé par le prix de dumping des Américains lorsqu'il a choisi le F-35: «Les nombreux avantages des fournisseurs européens n'ont apparemment plus eu d'influence sur l'évaluation», conclut-elle.

La semaine passée le PS, les Verts et le Groupement pour une Suisse sans armée (GSsA) ont lancé une initiative pour empêcher l'achat des F-35. Les opposants au chasseur ne sont toutefois pas d’accord sur la nécessité d’un avion de transport, note le journal dominical.

La bataille pour l’avion de transport

Pour rappel, l’achat d’avions de transports par Berne a été discuté à plusieurs reprises sous la Coupole par le passé, dont les dernières fois en 2014. Une proposition de Géraldine Savary (PS/VD), alors conseillère nationale, a été rejetée par le Conseil national malgré le soutien du Conseil fédéral. Tout comme la motion de l’ancien conseiller aux États Peter Bieri (PDC/ZG) qui avait demandé l’acquisition d’un ou de plusieurs avions de transport pour 2018 au plus tard. Accepté au National, elle a échoué à la suite d’une motion d’ordre de l’ex-conseiller national Oskar Freysinger (UDC/VS).

(ewe)

Votre opinion

155 commentaires