Actualisé

CinémaLe Bafta du meilleur film pour «Three Billboards»

Le drame de Martin McDonagh a triomphé devant «La forme de l'eau» lors de la cérémonie des récompenses britanniques du cinéma.

1 / 9
«Three Billboards: les panneaux de la vengeance», du réalisateur britannique Martin McDonagh, a été sacré meilleur film lors de la cérémonie des Bafta. (Dimanche 18 février 2018)

«Three Billboards: les panneaux de la vengeance», du réalisateur britannique Martin McDonagh, a été sacré meilleur film lors de la cérémonie des Bafta. (Dimanche 18 février 2018)

AFP
L'actrice Frances McDormand a reçu le Bafta de la meilleure actrice pour son rôle dans «Three Billboards». (Dimanche 18 février 2018)

L'actrice Frances McDormand a reçu le Bafta de la meilleure actrice pour son rôle dans «Three Billboards». (Dimanche 18 février 2018)

Keystone
L'acteur britannique Gary Oldman a reçu le Bafta du meilleur acteur pour son interprétation de Winston Churchill dans «Les heures sombres». (Dimanche 18 février 2018)

L'acteur britannique Gary Oldman a reçu le Bafta du meilleur acteur pour son interprétation de Winston Churchill dans «Les heures sombres». (Dimanche 18 février 2018)

AFP

Le film «Three Billboards: les panneaux de la vengeance» a triomphé dimanche soir à Londres lors de la cérémonie des Bafta, les récompenses du cinéma britannique, remportant cinq prix, dont celui du meilleur film, du meilleur scénario, et de la meilleur actrice. La coproduction suisse «I am not your Negro»de Raoul Peck a aussi été primée.

Alors que l'industrie du cinéma a été secouée par plusieurs scandales d'abus sexuels ces derniers mois, les mouvements de mobilisation ont été largement salués au cours de la soirée. Et comme un symbole, c'est l'actrice américaine Frances McDormand, qui joue une mère qui se bat pour obtenir justice dans «Three Billboards, les panneaux de la vengeance» qui s'est vue couronnée meilleure actrice.

La bande-annonce de «Three Billboards»

«Comme l'a dit Martin (McDonagh, le réalisateur britannique, ndlr), j'ai un peu de mal avec la déférence», a-t-elle affirmé après avoir reçu sa récompense. «Je suis solidaire de mes soeurs de lutte», a-t-elle ajouté, en référence aux campagnes #MeToo et «Time's Up».

«Ce film est à la fois plein d'espoir et de colère», a souligné Martin McDonagh. «Comme on l'a vu ces derniers temps, la colère est parfois le seul moyen de se faire entendre et d'obtenir un changement». Le réalisateur britannique Ridley Scott a lui reçu la plus haute distinction de l'académie britannique du cinéma, venant récompenser l'ensemble de sa carrière.

Hommage à Chaplin

Le film fantastique «La forme de l'eau», nominé douze fois, est reparti avec trois distinctions, dont celle de meilleur réalisateur pour le Mexicain Guillermo del Toro. Il a rendu hommage à la «culture anglaise», une «source d'inspiration», et en particulier à Charlie Chaplin et Stan Laurel, «qui savaient faire tellement avec tellement peu», ainsi qu'à l'auteure Mary Shelley, mentionnant son roman «Frankestein ou le Prométhée moderne».

Déjà primé aux Golden Globes de la presse étrangère à Hollywood, Gary Oldman a reçu pour la première fois de sa carrière le Bafta du meilleur acteur, pour son incarnation épique de Winston Chruchill dans «Les Heures sombres». Il a salué l'homme d'Etat britannique dans son discours de remerciement. «En 1940, il a su maintenir les valeurs d'honneur, d'intégrité et de liberté pour cette nation et le monde», a-t-il lancé.

Le film a également remporté le prix du meilleur maquillage, hommage à la transformation physique opérée sur Gary Oldman, qui nécessitait pas moins de quatre heures de travail quotidien.

La bande-annonce du film «Les heures sombres»

«Courgette» bredouille

La coproduction suisse «I Am Not Your Negro» du réalisateur haïtien Raoul Peck a été primée dans la catégorie «documentaire». Le film est une méditation sur la représentation de l?identité afro-américaine, une invitation à remettre en question les fondements mêmes de ce que représente l'Amérique.

Egalement en compétition dans la catégorie du meilleur film d'animation, la coproduction franco-suisse «Ma vie de Courgette» du Valaisan Claude Barras n'a pas été primée. Ce long-métrage raconte l'histoire d'un petit garçon, Courgette, envoyé dans un orphelinat après la perte de ses parents. Sa nouvelle vie se transforme en un parcours initiatique.

C'est le film «Coco», inspiré de la fête des morts mexicaine, la dernière réalisation des studios Disney qui a remporté le trophée. Il raconte à grand renfort de musique et couleurs vives les aventures de Miguel, intrépide garçon de 12 ans.

«Année difficile»

La question du harcèlement sexuel, qui a ébranlé l'industrie du cinéma ces derniers mois, a été abordée dès les premières minutes de la soirée.

«Notre industrie a traversé une année difficile. De courageuses révélations de harcèlement et d'abus sexuels se sont succédé», a reconnu Jane Lush, la directrice de l'Académie, dans son discours d'ouverture. Elle a espéré que la mobilisation actuelle, et la publication récente d'une charte, serait un «catalyseur pour un changement durable».

La maîtresse de cérémonie, l'actrice Joanna Lumley, a elle fait le rapprochement entre le combat mené par les Suffragettes il y a un siècle pour obtenir le droit de vote, et la campagne «Time's Up», y voyant la même «détermination pour éradiquer les abus dont sont victimes les femmes».

(ats)

Votre opinion