Football – Le Barça s’éteint à Vigo, le Real avance en tête

Actualisé

FootballLe Barça s’éteint à Vigo, le Real avance en tête

Après avoir mené 3-0 contre le Celta, les Catalans ont concédé le nul (3-3) et perdu sur blessure Ansu Fati ainsi que Nico. Les Merengues, eux, reprennent provisoirement la première place.

Iago Aspas (au centre) a inscrit le but de l’égalisation au bout du temps additionnel, sous le regard impuissant de Memphis Depay (à droite).

Iago Aspas (au centre) a inscrit le but de l’égalisation au bout du temps additionnel, sous le regard impuissant de Memphis Depay (à droite).

AFP

Vite, Xavi! Quelques heures après l'atterrissage du technicien en Catalogne, le FC Barcelone s'est complètement éteint à Vigo, se faisant rejoindre à 3-3 après avoir mené 3-0 en première période samedi pour la 13e journée de Liga, et a perdu les prodiges Nico et Ansu Fati sur blessure.

Le bonheur aura duré 45 minutes: porté par l'enthousiasme généré par l'arrivée de Xavi Hernandez à la mi-journée à Barcelone, les joueurs catalans ont offert leur meilleure première période de la saison, corrigeant le Celta Vigo chez lui 3-0 après seulement une demi-heure de jeu... puis se sont écroulés en deuxième période, jusqu'à l'égalisation redoutée de l'inépuisable Iago Aspas au bout du temps additionnel (90e+6).

La dernière de l'intérimaire Sergi Barjuan sur le banc blaugrana restera dans les mémoires. Samedi à Balaidos, Ansu Fati a ouvert le score dès la 5e minute après un festival sur l'aile gauche, le capitaine Sergio Busquets a augmenté l'écart d'une frappe du droit dans l'axe (18e), puis Memphis Depay a triplé la mise à la 35e... faisant décrocher un large sourire à Barjuan.

Mais à la fin de la première période, tout a basculé. À la 44e, les Catalans ont perdu le jeune prodige Ansu Fati (19 ans) sur blessure. L'attaquant, qui revient tout juste d'une grave blessure au genou droit qui l'a écarté des terrains pendant un an, est sorti du terrain aidé par les soigneurs après avoir brusquement arrêté une course en portant sa main à l'arrière de sa cuisse gauche. La blessure semble musculaire et devrait priver le diamant catalan de la fenêtre internationale avec l'Espagne. Au retour des vestiaires, Fati a été imité par une autre pépite du centre de formation catalan, Nico, qui a demandé le changement pour une blessure aux adducteurs à la 58e, avant d'être remplacé par Riqui Puig.

Fati et Nico sont les neuvième et dixième joueurs du Barça à rejoindre l'infirmerie, déjà occupée par Ousmane Dembélé, Gerard Piqué, Sergio Agüero, Pedri, Sergi Roberto, Sergino Dest, Martin Braitwhaite et Neto.

Visages marqués

Dès lors, tout a changé: les Catalans ont retrouvé la fébrilité qui les poursuit depuis le début de saison, multipliant les erreurs défensives, et ont laissé la possession du ballon aux Galiciens, qui ont repris espoir au fil des minutes. Le Celta a d'ailleurs fait bon usage de ces nombreux ballons: à la 52e, Iago Aspas a réduit l'écart en reprenant un ballon relâché par Marc-Andre ter Stegen, se rattrapant ainsi de son gros loupé face au gardien allemand dans la première minute du match. Et à la 74e, c'est Nolito qui a anéanti la confiance des Catalans et redonné espoir aux siens. L'increvable Aspas, 34 ans, plutôt discret avec seulement trois buts depuis le début de la saison, a fini par délivrer les supporters à la 90e+6. Et les Galiciens auraient pu rêver de la victoire, car deux de leurs buts ont été annulés par l'arbitre: le premier à la 50e, pour une position de hors-jeu de Thiago Galhardo, et le deuxième à la 69e, pour une main de Nolito.

Le troisième but a eu l'effet d'une bombe chez les Catalans: la plupart des joueurs se sont effondrés sur la pelouse, les mains portées au visage. Des images qui ont rappelé les énormes et multiples désillusions du Barça ces deux dernières années, en Ligue des champions comme en Liga.

Désormais, un seul espoir: Xavi. L'installation du nouvel entraîneur urge. Capable du meilleur puis du pire dans le même match, le Barça a besoin de retrouver la sérénité transmise par la légende catalane pour oublier ses blessés et tenter de raccrocher le premier wagon du championnat avant la fin de l'année. Et retrouver le sourire, enfin.

Le Real met la pression

Dans la soirée, le Real Madrid s'est imposé à domicile contre son voisin du Rayo Vallecano (2-1) et a provisoirement repris la tête du classement en attendant les derniers matches, dimanche. Avec huit victoires au compteur, contre trois nuls et une défaite, la formation madrilène devance de deux points la Real Sociedad, leader avant cette 13e journée, et de trois le FC Séville. Ces deux dernières équipes se déplacent respectivement à Osasuna (7e, 19 points) et chez le voisin du Betis (5e, 21 points), dans un derby de la ville qui s'annonce bouillant, dimanche (21h) en clôture de la journée. L'Atlético Madrid, 4e avec 22 points, jouera pour sa part à Valence (11e).

Dans son antre du Santiago-Bernabeu, le Real a ouvert la marque par son milieu de terrain allemand Toni Kroos, d'une reprise en pleine lucarne sur un centre en retrait de Marco Asensio (14e). Puis l'équipe de Carlo Ancelotti a doublé la mise par l'inévitable Karim Benzema, qui a repris du plat du pied au second poteau un centre de David Alaba (38e). L'international français est samedi soir seul en tête du classement des buteurs de la Liga avec 10 réalisations.

Mais le Rayo a réussi à réduire le score par Radamel Falcao, entré en jeu quelques minutes plus tôt, dont la tête légèrement déviée par Alba sur un centre d'Alvaro Garcia a trompé Thibaut Courtois (77e).

Le Rayo, autre club de Madrid, reste 6e (13 points) à sept longueurs du Real.

()

Ton opinion