Liga: Le Barça toujours invaincu
Publié

LigaLe Barça toujours invaincu

Les montagnes russes de l'actualité catalane n'ont pas fait fléchir la ligne droite que trace de Barça: il a infligé 2-0 à Malaga.

Au petit trot, le leader Barcelone a battu la lanterne rouge Malaga (2-0) et poursuivi sa course en tête du Championnat d'Espagne samedi pour la 9e journée, sans sembler perturbé outre mesure par les soubresauts de la crise politique en Catalogne.

Toujours invaincu, le Barça (1er, 25 pts) compte quatre longueurs d'avance sur son dauphin Valence (2e, 21 pts), qui a expédié Séville 4-0 un peu plus tôt. Le Real Madrid, troisième (17 pts), reçoit Eibar dimanche soir (20h45 en Suisse).

Ce succès, bien qu'entaché par une grossière erreur d'arbitrage qui a permis au Barça d'ouvrir le score dès la deuxième minute, confirme l'embellie sportive du club blaugrana dans un contexte pourtant plombé par la poussée indépendantiste en Catalogne, qui a plongé l'Espagne dans sa pire crise politique depuis le rétablissement de la démocratie en 1977.

Ces bons résultats sur le terrain ont d'ailleurs anesthésié toute critique lors de l'assemblée générale du club samedi, plutôt apaisée malgré la forte division des «socios» (supporters-actionnaires) sur la question de l'indépendance.

Grossière erreur d'arbitrage

Dans un Camp Nou très calme, loin de l'effervescence d'une manifestation séparatiste organisée samedi après-midi dans les rues de Barcelone, le Barça a fait ce que tous ses «socios» attendaient de lui, indépendamment de leurs opinions: battre Malaga.

Le Barça a été bien aidé par une grossière erreur d'arbitrage: sur l'ouverture du score, le ballon avait entièrement franchi la ligne de sortie de but lorsque Digne a placé sa passe en retrait, catapultée au fond par Deulofeu (2e) malgré les protestations de Malaga.

Beau symbole d'impuissance pour les Andalous, qui n'ont toujours pas remporté la moindre victoire dans cette Liga. Et nouveau coup dur pour l'entraîneur Michel, ancien de Marseille, plus que jamais sur un siège éjectable...

Pas très inspiré dans un match sans grand rythme, le Barça a eu la bonne idée de se mettre à l'abri avant l'heure de jeu: sur une percée plein axe, Lionel Messi a décalé sur la gauche Andrés Iniesta et le capitaine blaugrana a marqué d'un tir contré du pied gauche (56e).

Luis Suarez à la peine

Soit le premier but en Liga depuis novembre 2015 pour l'élégant meneur de jeu barcelonais (33 ans), récemment récompensé par un contrat «à vie» avec le Barça. Ce type de contrat, rarissime dans le football, pourrait d'ailleurs être proposé aussi à l'avenir à Messi, a indiqué samedi le directeur général du club Oscar Grau alors que le FC Barcelone a scellé cet été une prolongation de la star argentine jusqu'en 2021.

La fin du match, tranquille pour le Barça, a néanmoins mis en évidence la méforme de l'avant-centre Luis Suarez: l'Uruguayen, qui a prévu de s'arrêter quelques jours mi-novembre pour soigner son genou droit, a raté deux occasions splendides (60e, 74e)...

Guedes propulse Valence

A Valence, en revanche, le secteur offensif tourne à plein régime, à l'image du Portugais Gonçalo Guedes, prêté par le Paris SG et auteur d'un doublé somptueux samedi contre Séville.

Guedes, révélation de la saison à Valence, a décanté ce choc de belle manière: parti dans l'espace, il a enchaîné deux crochets à l'entrée de la surface et décoché un missile dans la lucarne sévilane (43e). Puis il a clos le score d'un délicieux ballon piqué (90e 2) après avoir offert une passe décisive à Sani Mina (84e). Le deuxième but avait entretemps été inscrit par l'Italien Simone Zaza (51e).

«Je fais bien les choses, c'est le fruit de mon travail», s'est réjoui Guedes au micro de beIN Sports Espagne. «Il est important de marquer beaucoup de buts et d'être très haut au classement. La situation est bonne pour toute l'équipe.»

Cette quatrième victoire d'affilée confirme le renouveau de Valence depuis l'arrivée de l'entraîneur Marcelino Garcia Toral, alors que Séville suit une courbe inverse: troisième défaite d'affilée toutes compétitions confondues.

(AFP)

Votre opinion