Basketball - Le basket suisse secoué par une affaire d’insultes racistes
Publié

BasketballLe basket suisse secoué par une affaire d’insultes racistes

Joueur d’Union Neuchâtel, Bryan Colon ne dort plus depuis qu’il a entendu des insultes racistes à son encontre dimanche contre Monthey. Président de Swiss Basketball, Giancarlo Sergi réagit.

par
Florian Vaney
Bryan Colon ne dort plus depuis dimanche.

Bryan Colon ne dort plus depuis dimanche.

freshfocus

Cela aurait pu passer pour un geste de frustration. Bryan Colon qui saisit un ballon et s’en va marquer seul, sans opposition, alors que la victoire d’Union Neuchâtel sur Monthey était acquise et que les dernières secondes du match s’écoulaient. Mais la scène survenue dimanche soir n’a rien d’anodine. Il ne s’agissait pas d’un geste de frustration: Bryan Colon a entendu des insultes racistes dans le public.

«Depuis quelques actions, il y a un supporter qui me traite de singe. Je ne peux pas accepter ça. Ces personnes n’ont rien à faire dans un stade. Donc pour lui répondre, j’ai mis le dernier panier», détaille alors le joueur neuchâtelois au micro de Canal Alpha. Dans le passé, il avait déjà porté les couleurs du BBC Monthey-Chablais.

«On a parlé avec Bryan et il ne dort plus. Ça me fait particulièrement mal sachant que je le connais depuis tout petit et que j’ai joué avec son père»

Giancarlo Sergi, président de Swiss Basketball.

La presse régionale, les deux clubs ainsi que Swiss Basketball ont pris l’affaire à bras-le-corps pour lui donner de l’écho. Joint ce mercredi matin par téléphone, Giancarlo Sergi, président de Swiss Basketball, sortait d’ailleurs d’une séance avec Swiss Sport Integrity. «Pour évoquer ce cas et d’autres», précise-t-il. Swiss Sport Integrity, c’est cette plateforme qui vient de voir le jour, notamment à la suite des scandales ayant touché la gymnastique. Les athlètes peuvent y signaler abus et autres manquements à l’éthique. Comme dans le cas présent.

Retrouver le coupable

C’est un levier que pourrait actionner Bryan Colon. En attendant, le capitaine d’Union semble vivre un enfer. «On a parlé avec lui, il ne dort plus depuis des jours. Ça me fait particulièrement mal, sachant que je le connais depuis tout petit et que j’ai joué avec son père à l’époque», souffle Giancarlo Sergi. Si les insultes n’ont pas encore été formellement prouvées et identifiées, «je ne doute pas une seconde de la parole de Bryan».

Le BBC Monthey s’est d’ailleurs positionné sur Facebook. Pour rappeler le manque de preuves à disposition jusqu’ici et sa détermination à déterrer la vérité. «Il faut le souligner: les deux clubs montrent une volonté admirable de faire la lumière sur ces événements que nous condamnons tous», lance encore le boss de Swiss Basketball.

Dans les colonnes d’ArcInfo et du Nouvelliste, Bryan Colon évoque la possibilité de porter plainte. «Tout le monde sait que j’aime bien charrier, cela fait partie du basket. Mais c’est toujours bon enfant. Lorsque cela touche au racisme, c’est une tout autre dimension. C’est un sujet extrêmement sensible à mes yeux. J’anime d’ailleurs un podcast sur ce thème.»

Du côté de la Ligue, on est également prêt à agir juridiquement. Pour autant que le coupable soit licencié à Swiss Basket. «Si c’est le cas, on pourrait ouvrir une enquête interne auprès de notre juge unique. Dans le cas contraire, malheureusement, on ne pourrait pas faire grand-chose», conclut Giancarlo Sergi.

Votre opinion