03.04.2017 à 11:04

ArgovieLe bassiste de Deep Purple vit dans le Fricktal

Roger Glover vit en toute discrétion dans une commune du Fricktal argovien depuis 8 ans. Où il jouit de son anonymat.

par
Pascal Schmuck, Zurich
Roger Glover a rejoint Deep Purple en 1969, en compagnie du chanteur Ian Gillan.

Roger Glover a rejoint Deep Purple en 1969, en compagnie du chanteur Ian Gillan.

Keystone

Roger Glover a écrit l'histoire du rock, du hard rock et du heavy metal en tenant la basse avec Deep Purple. Star mondiale, il apprécie désormais l'anonymat que lui offre la commune du Fricktal argovien, où il vit avec sa famille depuis huit ans, raconte l'Aargauer Zeitung dans son édition du 3 avril.

Roger Glover y vit en couple avec une Suissesse et leurs deux filles de 7 et 5 ans. Toutes deux parlent anglais et allemand et vont à l'école communale. Et presque aucun habitant ne sait qui est Roger Glover. «Je ne le leur dis pas. Je suis un musicien et je n'aime pas la célébrité. J'apprécie de pouvoir mener une vie normale dans la commune», a expliqué le bassiste de 71 ans qui joue avec Deep Purple depuis 1969.

«Ils respectent la sphère privée»

Le couple s'est rencontré lors d'un vol puisque madame travaillait comme Flight Attendant. Roger Glover a dû attendre d'être divorcé avant de décider de venir s'installer en Argovie. Un choix qui a été difficile à prendre après plus de trente années passées aux Etats-Unis dans un milieu urbain.

Il apprécie désormais sa vie à la campagne et ses habitants si discrets qui se saluent quand ils se croisent. «Ils n'ont pas de préjugés, sont réservés, conservateurs et ils respectent la sphère privée», résume le musicien. Il a noué des contacts avec eux, grâce à l'école et aux amies de leurs filles. Il n'a accroché aucun de ses disques d'or sur les murs de sa maison mais ses guitares trahissent le bassiste.

La célébrité? Très peu pour lui!

Parmi les moments gênants de sa nouvelle vie, Roger Glover raconte comment le propriétaire d'un magasin de photocopie de la région est tombé des nues lorsqu'il l'a reconnu. Ou comment une jeune fonctionnaire communale a rougi comme une tomate en réalisant qui se tenait devant elle.

«Je déteste ce genre de situation, c'est très désagréable pour moi», souligne celui qui fait partie des membres historiques de Deep Purple. Il craint que les gens de la commune ne changent de comportement envers lui et sa famille s'ils apprennent qui il est.

Pas de retraite prévue

Roger Glover se prépare pourtant à quitter la commune. Non pas pour déménager mais pour partir en tournée puisque le 20e album studio de Deep Purple «Infinite» sera commercialisé à partir de vendredi. Quant au nom de la tournée à venir, «The Long Goodbye Tour», il laisse présager un départ à la retraite du groupe mythique.

Pas du tout, rétorque le bassiste dans un rire. «Les répétitions en studio avec le producteur Bob Ezra ont été tellement fructueuses et riches en plaisir que je ne veux pas arrêter.»

«Nous ne faisons pas de tournée pour promouvoir un nouvel album. Nous sommes toujours en route et rencontrons notre public partout sur la planète. Cela fait tellement plaisir. Il n'y a aucune raison d'arrêter.»

Pas question donc de retraite pour Roger Glover qui ne veut rien planifier. Si ce n'est de rester en Suisse dans le Fricktal. «La Suisse est ma patrie», affirme-t-il, au point d'envisager d'en demander la nationalité. «Et pourquoi pas?»

Deep Purple et la Suisse, une vieille histoire

Deep Purple connaît la Suisse de longue date. Le groupe a voulu enregistrer leur sixième album studio en décembre 1971 au Casino de Montreux. Mais le bâtiment est détruit par un incendie le 4 décembre durant un concert de Frank Zappa. L'album en question, «Machine Head» marqua l'histoire du rock, avec son titre phare «Smoke on the Water», inspiré par l'incendie. Selon la légende, c'est Roger Glover qui aurait trouvé le titre quelques jours après le sinistre, inspiré par un rêve où il revoyait les fumées de l'incendie sur le lac Léman.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!