30.08.2017 à 11:25

AssurancesLe bénéfice de la Bâloise grimpe de plus de 30%

Le groupe d'assurances a réalisé une performance solide au premier semestre.

Bon premier semestre pour la Bâloise.

Bon premier semestre pour la Bâloise.

archive/photo d'illustration, Keystone

Le groupe d'assurances a vu son bénéfice bondir de plus d'un tiers (33,8%) comparé à la même période de l'année dernière, pour atteindre 298,6 millions de francs.

«Nous avons encore pu améliorer la profitabilité et avons atteint dans toutes les entités nationales un ratio combiné (le rapport entre les coûts et les dommages ainsi que les primes, ndlr) inférieur à 100%», s'est félicité le directeur général du groupe Gert De Winter, cité dans un communiqué du groupe diffusé mercredi.

Le volume d'affaires a quant à lui légèrement progressé ( 0,8%), à 5,67 milliards de francs. La croissance a été portée essentiellement par les segments clés que sont les activités non-vie ( 1,0%) et les primes liées à des placements ( 2,9%). Les activités traditionnelles vie ont en revanche reculé de 0,2%.

Affaires non-vie en hausse partout

La hausse du bénéfice s'explique entre autres par la forte amélioration du ratio combiné des activités non-vie, indique l'assureur bâlois. Dans ce segment, qui regroupe les activités dommages et accidents, le ratio combiné a pu être ramené à 89,7%, soit 2,8 points de pourcentage de mieux qu'il y a un an. Ce taux atteint 99,5% en Allemagne.

Le volume des primes encaissées a enregistré une croissance de 1% malgré les effets négatifs des cours de change, à près de 2,15 milliards de francs. Hors effets monétaires, la croissance atteint 1,9%. Le résultat opérationnel (EBIT) a augmenté de plus d'un quart (25,3%), à 261,2 millions.

Le renforcement des réserves en Allemagne avait pesé sur les résultats l'an dernier, rappelle le groupe. La très bonne évolution des sinistres lors des six premiers mois de 2017 et des charges plus faibles des sinistres de grande ampleur comparé à la même période de l'an dernier ont aussi influencé positivement les affaires non-vie, qui ont progressé dans tous les marchés.

Revenus de l'assurance-vie en recul

Les revenus de l'assurance-vie ont quant à eux légèrement reculé de 0,2% en comparaison annuelle, à 2,41 milliards de francs. Bâloise explique ce recul par une cession de portefeuille de sa filiale allemande à son concurrent Frankfurter Leben. Malgré cet effet négatif, l'EBIT a plus que doublé, passant de 45,5 à 114,8 millions, grâce à l'évolution plus stable des taux.

Le segment des banques a dégagé un résultat EBIT de 41,9 millions de francs, en baisse de 21,7%. Il y a un an, le changement du régime de retraite de la banque SoBa avait eu un effet positif, précise Bâloise Group.

Bénéfice pour la banque SoBa

Par région, les activités en Suisse ont atteint un EBIT de 316,8 millions de francs après six mois, en hausse d'un petit tiers (31,4%) sur un an. Le volume de primes a augmenté de 1,8%. Tous les secteurs - vie, non-vie et primes liées à des placements - y ont contribué. Le ratio combiné a atteint 81,4%.

L'entité bancaire helvétique Bâloise Bank SoBa a dégagé un bénéfice en hausse de 1,6%, à 13,3 millions de francs. Les mandats de gestion de fortune ont augmenté de 30%, ce qui s'est traduit par une hausse de la masse sous gestion à 8,9 milliards.

Le résultat net des opérations d'intérêts, principal moteur de croissance de la banque, a crû de 1,7%, à 38,6 millions de francs, «malgré la persistance des taux d'intérêts bas» souligne l'établissement financier dans un communiqué distinct.

Positif pour la suite

Globalement, la copie rendue par l'assureur rhénan s'inscrit dans le haut de la fourchette des projections formulées par les analystes interrogés par l'agence financière awp. Les fonds propres dépassent pour leur part les pronostics les plus optimistes.

A la Bourse suisse, l'action enregistrait une hausse de près de 3% après avoir même dépassé les 6% en début de séance, alors que son indice de référence (Swiss Leader Index) progressait d'un demi-pourcent environ.

«Fier» des résultats atteints, Gert De Winter s'est réjouis des mois à venir, se montrant ainsi optimiste pour la suite de l'exercice en cours. Il ne donnait néanmoins aucun objectif chiffré.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!