Publié

RésultatsLe bénéfice de Valiant en recul

Le groupe bancaire bernois Valiant a vu son bénéfice net reculer en 2013, principalement en raison d'effets extraordinaires.

Keystone

Le bénéfice net de Valiant a connu une baisse en 2013, notamment en raison d'événements exceptionnels.

Son profit est ressorti à 91,4 millions de francs, en baisse de 28% par rapport à l'année précédente.

Le résultat opérationnel a diminué de 20,4% à 84,9 millions de francs, a indiqué mercredi Valiant. Hors éléments exceptionnels - des corrections, amortissements et provisions, principalement en lien avec les activités transfrontalières - il aurait été supérieur de 12,1 millions à celui de l'exercice précédent.

Le bénéfice brut a pour sa part progressé de 2,9% à 157,2 millions de francs. Les fonds de la clientèle ont légèrement augmenté de 0,3%, à 17,4 milliards.

L'afflux net d'argent frais a atteint 180 millions de francs. Ce montant aurait toutefois été bien supérieur sans la régularisation des activités transfrontalières et le nouveau placement de capitaux de prévoyance auprès de tiers, écrit la banque.

Les prêts à la clientèle se sont accrus de 1,2% à 21,8 milliards de francs. En raison de la pression toujours forte sur les marges et de l'évolution du marché immobilier, Valiant a volontairement freiné la croissance des prêts malgré la demande toujours soutenue dans le domaine des hypothèques.

Mesures «justifiées»

Les mesures de régularisation engagées en 2013 étaient importantes et justifiées afin d'affronter l'avenir dans de bonnes conditions», a souligné le directeur général de l'institut Markus Gygax. «Valiant a endossé de nouveaux habits qui peuvent affronter autant le vent que la pluie», a-t-il imagé devant les médias à Berne.

«2013 était l'année du renouvellement; désormais, nous passons à l'offensive», a-t-il lancé. Elément central de la nouvelle stratégie: l'éloignement de la seule position d'établissement de crédit hypothécaire. L'institut souhaite offrir à l'avenir des prestations pour les professionnels indépendants et les petites entreprises.

Développement en Suisse romande

Il va donc accroître sa présence. Après un essor jusqu'en 2010, il a fermé quelques petites filiales dès 2011 - un processus terminé, a précisé Markus Gygax. Valiant perçoit un important potentiel de croissance dans le domaine des moyennes entreprises et développera ses activités en particulier en Suisse romande.

Le groupe doit encore franchir le pas d'une banque de proximité à un établissement suprarégional, a relevé Markus Gygax, en fonction depuis novembre 2013. «Le bénéfice est nettement trop bas pour une banque de notre taille». Les revenus doivent être accrus et la marge d'intérêt améliorée, a-t-il poursuivi.

Le résultat des opérations d'intérêt a diminué de 7,8% à 257,4 millions de francs. Celui des opérations de commissions et de prestations de services a reculé de 2,4% à 65,6 millions.

Les charges d'exploitation ont pu être diminuées de 8 millions à 219,4 millions de francs, se réjouit la société. Depuis le lancement d'un programme de réduction des coûts il y a trois ans, ces dépenses ont pu être réduites de 10%.

Objectifs relevés

Les charges du passé se font encore ressentir néanmoins. En raison du programme fiscal américain et de l'accord conclu avec le Royaume-Uni sur l'imposition à la source, Valiant a effectué des provisions et des amortissements supplémentaires.

La direction ne dévoile pas le montant provisionné pour tourner la page du différend fiscal avec les Etats-Unis. Le président du conseil d'administration, Jürg Bucher, a souligné que l'établissement était prêt à tout. «L'affaire avec les Etats-Unis est financièrement terminée», a-t-il dit.

Fort de sa nouvelle stratégie, Valiant se montre optimiste pour l'avenir et relève ses objectifs pour 2017. D'ici là, il entend accroître son bénéfice de 60 millions à 150 millions de francs.

Une croissance organique solide, ainsi qu'une expansion à moyen terme des fonds de la clientèle et des actifs sous gestion de 2 à 5% sont également visées. Les prêts à la clientèle devront parallèlement augmenter de 2%.

(ats)

Votre opinion