Actualisé

Emballages en verreLe bénéfice de Vetropack baisse en 2013

Le fabricant vaudois de bouteilles et récipients en verre Vetropack a vu l'an dernier son bénéfice net fléchir de 27,2 millions par rapport à 2012, à 56,4 millions de francs.

Le bénéfice de Vetropack perd près de 30 millions en 2013 par rapport à 2012.

Le bénéfice de Vetropack perd près de 30 millions en 2013 par rapport à 2012.

Archives/photo d'illustration, Keystone

Malgré un recul de son bénéfice, Vetropack a vu son chiffre d'affaires progresser de 2,7% à 621 millions (2% corrigé des effets de change), a annoncé vendredi le groupe basé à Bülach (ZH), mais dont le siège principal et historique est toujours à St-Prex (VD).

Entreprise cotée à la Bourse suisse mais à plus des trois quarts en mains de la famille vaudoise Cornaz, Vetropack se montre satisfait de l'exercice sous revue, soulignant avoir connu une pleine utilisation des capacités de production, une structure produits/prix équilibrée et des taux de change favorables.

L'accroissement des coûts de production a, néanmoins, laissé les marges bénéficiaires sous pression, explique le groupe qui emploie quelque 3000 personnes. La marge EBIT s'est ainsi réduite à 9,7% du chiffre d'affaires, contre 10,2% en 2012.

«Nous voulons rester en Ukraine»

Au cours de l'année, Vetropack a vendu 4,36 milliards d'unités d'emballages en verre ou 1,5% de plus qu'en 2012. Les ventes de Vetropack (Suisse) se sont légèrement repliées, de 0,3% à 89,6 millions de francs. Le nombre d'unités d'emballage écoulées par cette société du groupe a diminué de 1,8% à 496,1 millions, dont 15,8% ont été exportées.

Vetropack dispose de sept sites de production et Suisse, en Autriche, en République tchèque, en Croatie, en Slovaquie et en Ukraine. Le volume total de production de verre du groupe a augmenté de 3,1% à 1,28 million de tonnes.

L'usine ukrainienne située près de Kiev ne subit pour le moment que peu de répercussions négatives en lien avec la crise politique que traverse le pays, constate Vetropack. Devant la difficulté d'évaluer l'évolution de cette crise, des mesures préventives ont été prises et la situation fait l'objet d'une observation permanente, ajoute-t-il. Toutefois, le fabricant a fait savoir lors d'une conférence de presse mardi matin qu'il n'envisageait pas de quitter l'Ukraine. «Nous voulons y rester», a déclaré mardi son directeur général Claude Cornaz lors de la conférence de presse de bilan à Bülach (ZH). «Nous avons une position locale forte et nous comptons l'utiliser à long terme et profiter du potentiel du pays», a dit Claude Cornaz. L'usine de Gostomel, près de Kiev, qui emploie quelque 650 personnes, est la plus grande des entreprises du groupe basé à Bülach, mais dont le siège principal est à St-Prex (VD).

Dividende augmenté

En mai dernier, Vetropack a mené un programme de rachat d'actions qui a permis d'acquérir l'équivalent de 3,26% du capital-actions. L'assemblée générale du 14 mai prochain se verra proposer la destruction des 13'357 actions ainsi rachetées.

Compte tenu de cette densification du capital-actions, le conseil d«administration proposera un dividende porté à 37,50 francs par action au porteur, soit 2,50 francs de plus qu'au titre de 2012. Pour les actions nominatives, un dividende de 7,50 francs est prévu ou 50 centimes de plus.

(ats)

Ton opinion