Finance: Le bénéfice net de la BCGE en hausse de 2,7%

Actualisé

FinanceLe bénéfice net de la BCGE en hausse de 2,7%

La Banque cantonale de Genève (BCGE) entame l'année de son bicentenaire avec le sourire.

ARCHIVES, Keystone

La Banque cantonale de Genève (BCGE) est à la fête pour son début d'année de bicentenaire. L'établissement a réalisé l'année dernière un bénéfice net et un résultat opérationnel en progression, malgré un recul des produits d'exploitation et une hausse des charges.

L'année «2015 constitue un nouvel exercice de haute qualité», a commenté mardi devant la presse le patron de la BCGE Blaise Goetschin. Tous les indicateurs de compétitivité, de productivité et de profitabilité sont en hausse. Malgré un environnement marqué par le franc fort, les taux d'intérêt négatifs, la baisse des prix des matières premières et la hausse des réglementations.

Alors que le bénéfice net de l'établissement a crû de 2,7% pour s'établir à 78,2 millions de francs, son résultat opérationnel a bondi de 12,6%, à 130 millions.

Mais deux indicateurs affaiblissent ce résultat d'ensemble. Les produits d'exploitation ont accusé une légère baisse (-0,7%), à 347,2 millions de francs, en raison du recul des commissions qui restent au-dessus de 100 millions. Au total, 17% du chiffre d'affaires est réalisé en euros ou en dollars.

Charges en progression d'1,4%

Autre indicateur négatif, les charges ont progressé de 1,4% à 211,3 millions, en raison surtout de l'engagement de spécialistes aux compétences élevées, indispensable avec les nouvelles réglementations. Dix nouveaux emplois ont été lancés, pour un total de près de 800 collaborateurs.

La hausse des coûts de sécurité est également responsable de cette situation. Une augmentation compensée légèrement par les programmes d'économie sur les charges d'exploitation. Ces deux tendances sur les produits et les charges ont pu être contrecarrées par un faible coût du risque et des corrections de valeur sur des amortissements, des participations et sur la réduction de provisions.

Côté compétitivité, aussi bien les actifs gérés et administrés que les prêts hypothécaires ont bondi, se réjouit l'établissement cantonal. Pour la première fois, ils ont grimpé à «de nouveaux seuils» respectivement à 21,8 milliards de francs ( 9,7%) et à 10 milliards ( 4,9%).

La hausse de la gestion institutionnelle atteint quasiment 10% et les activités de private banking progressent de 2%. L'actionnariat s'est élargi de 407 nouveaux membres. La marge d'intérêts s'établit elle à 1,10%.

Rentabilité comparable prévue en 2016

Pour l'année en cours, la banque s'attend à un niveau de rentabilité comparable à celui de 2015. La progression sur une quinzaine d'années a été «incrémentale» et «notre spécialité, c'est la qualité bancaire», a dit M. Goetschin. La banque souhaite poursuivre sur son approche d'adaptation très diversifiée et d'expansion commerciale dans un environnement où les taux négatifs devraient durer.

Le programme de régularisation américain est par ailleurs une affaire considérée comme terminée par la banque depuis son retrait de la catégorie 2 début 2015. «Tant qu'il n'y a pas de développement», le patron de la BCGE ne s'exprime pas.

En 2016, l'augmentation des crédits restera modérée, d'autant plus que les clients en demandent moins. La baisse du prix des matières premières constitue une explication.

Ratio de couverture supérieur au besoin

Mais la banque souhaite poursuivre cette principale mission, celle de financer l'économie genevoise. Elle a attribué 718 millions de crédits supplémentaires en 3 ans, même si un recul a été constaté en 2015. Contrairement au pessimisme de plusieurs secteurs de l'économie genevoise, la banque estime que ses clients «fonctionnent très bien», selon M. Goetschin.

La BCGE a aussi distribué 43 millions de valeur aux collectivités en 2015, là aussi en hausse. Elle veut pouvoir s'appuyer sur ses fonds propres, qui se sont étoffés en 2015 de 6,8%, à 1,32 milliard. Elle peut se targuer d'un ratio de couverture supérieur d'environ 2,5% à l'exigence pour sa catégorie.

La banque est présente sur plusieurs sites. Elle dispose d'une filiale en France et de succursales à Lausanne, Zurich, Hong Kong et Dubaï.

(ats)

Ton opinion