16.02.2015 à 16:55

Médecine vétérinaireLe bétail soigné comme les grands athlètes

Des paysans de Suisse orientale ont adopté la méthode du «taping» pour soigner leur bétail.

Une vache soignée avec des bandages.

Une vache soignée avec des bandages.

Keystone

Les bandages adhésifs, d'origine japonaise, ne sont pas seulement utilisés par les sportifs professionnels ou les physiothérapeutes, mais aussi sur du bétail. Des paysans en Suisse orientale y ont recours et obtiennent des résultats étonnants.

Quand David Beckham enlève son maillot en 2007 après son dernier match pour le Real Madrid, les spectateurs ont pu découvrir ses tatouages, mais aussi des bandages adhésifs roses collés sur son corps. Le monde entier a voulu savoir à quoi cela servait. Ces bandes sont utilisées pour détendre les muscles froissés ou calmer une inflammation.

Du paddock à l'écurie

Depuis lors, ce n'est plus seulement le monde du sport qui ne jure que par la méthode du «taping», mais aussi les personnes qui prennent soin des animaux. D'abord utilisée dans le sport équestre, elle a vite conquis d'autres secteurs comme celui des bovins dès 2011. C'est une soigneuse allemande qui a développé la méthode destinée au bétail.

Les paysans de Suisse orientale sont les premiers à avoir introduit cette nouvelle façon de soigner les animaux en Helvétie, en particulier pour les ecchymoses, les problèmes musculaires, la mastite et les troubles de la fertilité des vaches laitières. L'été dernier, le centre éducatif et de conseil d'Arenenberg (TG) a proposé le premier cours de «taping» pour bovins.

Un prochain cours sera organisé en mars prochain au centre d'agriculture (LZSG) de Flawil (SG). «La demande est énorme», explique Christian Manser du LZSG. Il y avait une liste d'attente avant que le cours pour 24 personnes n'ait été annoncé officiellement.

Un bétail sain sans antibiotique

Aujourd'hui, de nombreux agriculteurs bios travaillent déjà avec l'homéopathie ou l'acupuncture. C'est surtout pour maintenir le bétail en bonne santé en utilisant le moins possible d'antibiotiques, a souligné Christian Manser. Car utiliser des antibiotiques à titre préventif est interdit en agriculture biologique, que ce soit par l'alimentation, par comprimés ou par injections.

Christian Manser donne aussi des cours pour décoder les signaux qu'envoient les vaches. Grâce à ce moyen, les paysans peuvent obtenir beaucoup d'informations sur la santé des animaux.

Scientifiquement, l'effet du «taping» sur les bovins n'est pas prouvé. Les expériences faites par les propriétaires de chevaux et les agriculteurs laissent toutefois penser que, correctement appliquées, les bandes adhésives soutiennent le mouvement. Les douleurs et les enflures peuvent aussi être traitées de cette manière, ce qui évite d'appeler chaque fois le vétérinaire, a conclu Christian Manser.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!