Partenariat: Le bio affame-t-il l’Afrique?
Actualisé

PartenariatLe bio affame-t-il l’Afrique?

Il y a peu, l’un des grands gourous vendant des «potions magiques» qui libèrent les paysans du monde entier de la pénibilité d’arracher les plantes indésirables à la main a eu le trait de génie d’accuser l’agriculture bio d’affamer l’Afrique.

Si certains pays d’Afrique ou d’ailleurs ne produisent pas ou plus assez pour nourrir leur population, c’est bien car nous les avons rendus dépendants de nos exportations à bas prix.

Si certains pays d’Afrique ou d’ailleurs ne produisent pas ou plus assez pour nourrir leur population, c’est bien car nous les avons rendus dépendants de nos exportations à bas prix.

DR

Le raisonnement, simpliste, est de dire que vu que la consommation de produits bio augmente et que ce mode de production offre un rendement à la surface plus bas, il faut plus de surfaces pour nourrir ces insolents consommateurs écolos. Et, de facto, moins de champs produisant des denrées à disposition pour alimenter nos frères affamés. La boucle est bouclée. Sauf que…

Si certains pays d’Afrique ou d’ailleurs ne produisent pas ou plus assez pour nourrir leur population, c’est bien car nous les avons rendus dépendants de nos exportations à bas prix. Le potentiel de production dans la plupart des pays tropicaux pourrait être augmenté massivement grâce aux techniques bio et agroécologiques. Mais on préfère produire intensément au nord, grâce aux deniers des contribuables et avec les excès qu’on connait au niveau de la pollution des sols et des eaux, plutôt que d’inciter le sud à produire plus et écologiquement.

L’agriculture bio, elle, vise à se passer au maximum de tous ces engrais et pesticides extérieurs, produire le plus localement possible, le plus simplement possible. Voilà qui ne convient pas du tout aux exportateurs de tout poil. Et encore moins à nos vendeurs de potions magiques! L’irresponsabilité des membres de cette secte précipite de plus en plus vite le monde dans le gouffre à nos pieds… Même si la plupart d’entre eux mangent bio!

EN PARTENARIAT AVEC «LA SEMAINE DU GOÛT»

(Pascal Olivier, Bio Suisse)

Votre opinion

1 commentaire