Football - Le Bordeaux de Petkovic est en train de couler

Publié

FootballLe Bordeaux de Petkovic est en train de couler

L'ancien entraîneur de l'équipe de Suisse n'arrive toujours pas à faire décoller ses Girondins, 17es et battus dimanche par Brest (1-2) à domicile.

par
Sport-Center
Vladimir Petkovic, le regard dans le vague.

Vladimir Petkovic, le regard dans le vague.

AFP

Le 31 octobre dernier, les Bordelais s'imposaient à la maison contre Reims (3-2). On pensait alors au déclic, mais rien de tout ça ne s'est produit. Il ne s'agissait là que de la seule victoire fêtée au milieu d'une longue alignée de résultats négatifs. Cette série (9 matches, 1 victoire, 5 nuls et désormais 3 défaites) s'est poursuivie dimanche contre Brest.

Les Girondins pointent ainsi à une très inquiétante 17e place de la Ligue 1, avec une seule longueur d'avance sur St-Étienne, la lanterne rouge, battue quelques heures plus tôt à 10 contre 11 par le PSG (1-3). Bordeaux ne doit sa place au-dessus de la barre que grâce à un goal-average légèrement favorable, par rapport au néo-promu et actuel barragiste Clermontois (-10 contre -12).

Dimanche, lors de la 15e journée du championnat de France, la formation de Vladimir Petkovic a sans doute cru trop vite avoir retrouvé le bon chemin. Stian Gregersen a ouvert le score peu avant la pause, mais pas vraiment dans le sens du jeu. La deuxième période est d'ailleurs venue confirmer les difficultés des joueurs du Matmut Atlantique.

À l'heure de jeu, Jérémy Le Douaron a égalisé, à la suite d'une grossière hésitation défensive. Six minutes plus tard, le jeune attaquant brestois a récidivé en signant son premier doublé chez les professionnels, en trompant le portier Benoît Costil d'une frappe à ras de terre, prise de l'entrée de la surface de réparation. Petkovic a eu beau faire trois changements dans la foulée, rien n'y a fait. Ce sont même les Finistériens qui sont passés les plus proches du cadre adverse.

Le poste de l'ancien «Mister» de la Nati n'est pas forcément dans le viseur de ses dirigeants, qui ont d'autres chats à fouetter actuellement. Bordeaux se débat toujours dans des difficultés financières et n'est surtout pas à l'abri de devoir se séparer de l'un ou l'autre des cadres qui lui restent lors du prochain mercato hivernal.

«Personnellement, je n'ai pas entendu de critiques, disait en avant match Petkovic, qui n'a rien perdu de ses capacités à la langue de bois. Quand je vois 200 à 250 supporters avec nous à Metz, je n'ai pas cette impression. Évidemment on espérait avoir plus de points, nous travaillons toujours dur pour y arriver. C'est une saison particulière mais je pense que si on analyse bien, on voit certains progrès. Il faut toujours en vouloir plus.» Surtout au niveau des points.

Ton opinion