Football: Le Brésil a débarqué en pleine nuit

Publié

FootballLe Brésil a débarqué en pleine nuit

L'avion transportant la Seleção s'est posé peu après 2h30 à Sotchi. L'équipe a ensuite pris ses quartiers helvétiques au Swissôtel.

par
N.Jr/Sotchi
1 / 5
Neymar et ses coéquipiers de la sélection brésilienne sont arrivés en Russie.

Neymar et ses coéquipiers de la sélection brésilienne sont arrivés en Russie.

AFP
Neymar et ses coéquipiers de la sélection brésilienne sont arrivés en Russie.

Neymar et ses coéquipiers de la sélection brésilienne sont arrivés en Russie.

Reuters
Neymar et ses coéquipiers de la sélection brésilienne sont arrivés en Russie.

Neymar et ses coéquipiers de la sélection brésilienne sont arrivés en Russie.

Reuters

Quelques heures après sa victoire à Vienne dimanche contre l'Autriche (3-0), le Brésil est arrivé au milieu de la nuit en Russie. Une petite singularité au moment où l'écrasante majorité des délégations y débarque normalement à la lumière du jour, ce qui sera aussi le cas de la Suisse aujourd'hui en fin d'après-midi à Samara...

Très tôt ce matin, il était 2h34 (heures locales) lorsque l'avion transportant la Seleçao s'est posé à l'aéroport de Sotchi/Adler, situé tout près du parc olympique. Accueil chaleureux et pose officielle devant l'appareil, donnant à Neymar l'occasion de faire le V de la victoire. Un geste qu'il espère multiplier à l'infini, lui qui avait égalé la veille le record de Romario sous le maillot brésilien (55 buts). Les deux premières marches du podium sont toujours occupées par Ronaldo (62) et Pelé (77).

Soixante minutes plus tard, le bus officiel de l'équipe, précédé des inévitables voitures de polices, se présentait devant l'entrée du Swissôtel Kamelia, où le visiteur de Rio a prévu de séjourner jusqu'à la fin du tournoi. Pour la petite histoire, Neymar et ses coéquipiers ont eu droit à une petite friandise locale en guise de bienvenue.

Premier adversaire de la Suisse, le Brésil semble malheureusement - pour Petkovic et ses joueurs... - monter en puissance avant le rendez-vous du 17 juin à Rostov. Pour Tite, son sélectionneur, le compte à rebours est enclenché. «On va maintenant pouvoir penser à la Suisse, sans rien changer à notre façon de jouer. Nous devons juste faire ce que l'on sait faire de bien...»

Et les internationaux helvétiques trouver la réponse adéquate pour les en empêcher.

Ton opinion