Publié

Amérique latineLe Brésil célèbre sa force économique après un an de pouvoir de Rousseff

Le Brésil a fêté avec fierté mardi sa nouvelle place de 6e économie mondiale, un cadeau d’anniversaire pour la présidente Dilma Rousseff.

Brésil: Dilma Rousseff fête avec fierté sa première année de pouvoir.

Brésil: Dilma Rousseff fête avec fierté sa première année de pouvoir.

Keystone

Les principaux journaux brésiliens ont salué en une la nouvelle annonçant que le PIB du Brésil (2.510 milliards de dollars) avait dépassé celui de la Grande-Bretagne et s’était hissé à la 6e place derrière les Etats-Unis, la Chine, le Japon, l’Allemagne et la France, selon l’institut de recherche CEBR, basé à Londres.

"D’un point de vue psychologique, c’est une victoire de fin d’année fantastique, extraordinaire", a dit Ricardo Teixeira, professeur à la prestigieuse Fondation Getulio Vargas, à Rio. "Mais le Brésil n’y est pas arrivé tout seul: la conjoncture mondiale et principalement européenne ont également eu une influence", a-t-il ajouté.

Toutefois, le Produit intérieur brut (PIB) per capita et le niveau de vie des Brésiliens sont encore très loin de ceux des Européens et Américains, selon le gouvernement et les experts.

Le PIB par habitant n’est que de 12'900 dollars contre 44'400 dollars en France et 48'100 dollars aux Etats-Unis, selon le Fonds monétaire international.

Eradiquer la pauvreté

Selon une simulation réalisée par l’agence de notation brésilienne Austin Rating, le niveau de vie des Brésiliens n’égalera celui des Britanniques qu’en 2028.

La première économie d’Amérique latine doit éliminer l’analphabétisme, améliorer la santé publique et l’éducation et éradiquer la pauvreté extrême qui touche 16 des 190 millions de Brésiliens.

"Il y a encore énormément de choses à faire. Vingt, 30 ans seront nécessaires pour réduire les différences sociales au Brésil", a dit à l’AFP l’économiste chef d’Austin Rating, Alex Agostini.

L’élimination de la misère est un des grands défis de la présidente Dilma Rousseff qui a promis de ne pas s’accorder de repos tant qu’elle n’y sera pas parvenue.

Première femme présidente du Brésil, Dilma Rousseff, 64 ans, a succédé le 1er janvier au très charismatique Luiz Inacio Lula da Silva. Cette ex-guérilléra sous la dictature militaire (1964-1985), classée troisième femme la plus influente au monde par la revue Forbes, a fait de la poursuite de la croissance économique de l’ère Lula l’axe de sa politique.

(AFP)

Votre opinion