Covid – Le Brésil reporte les défilés de ses célèbres carnavals à avril
Publié

CovidLe Brésil reporte les défilés de ses célèbres carnavals à avril

Annulés l’an passé, les carnavals de Rio et Sao Paulo sont à nouveau menacés. Prévus dans les jours à venir, les défilés des écoles de samba ont été reportés au mois d’avril, en raison de l’épidémie de Covid-19.

Le Brésil, deuxième pays le plus touché au monde par la pandémie avec plus de 622’000 décès, a battu cette semaine son record quotidien d’infections avec 204’854.

Le Brésil, deuxième pays le plus touché au monde par la pandémie avec plus de 622’000 décès, a battu cette semaine son record quotidien d’infections avec 204’854.

AFP

Les défilés du carnaval de Rio de Janeiro et de Sao Paulo, prévus fin février, ont été reportés à avril en raison de la nouvelle vague de Covid-19, ont indiqué vendredi les autorités. La nouvelle date prévue est celle du 21 avril, qui marque le début d’un long week-end férié. «Les mairies de Rio de Janeiro et de Sao Paulo ont décidé de reporter les défilés des écoles de samba» fin avril, «en raison de la situation actuelle de la pandémie au Brésil et de la nécessité de préserver des vies», ont annoncé dans un communiqué les autorités des deux plus grandes villes brésiliennes.

La décision de reporter les défilés du sambadrome de Rio, qui attirent des touristes du monde entier, ainsi que ceux de Sao Paulo, a été annoncée après une rencontre virtuelle entre les maires, leurs secrétaires à la Santé et les représentants des écoles de samba des deux États. Le Brésil, deuxième pays le plus touché au monde par la pandémie avec plus de 622’000 décès, a battu cette semaine son record quotidien d’infections avec 204’854 nouveaux cas enregistrés en une journée. «C’est un report nécessaire, nous aurons beaucoup plus de sécurité pour réaliser (le carnaval) fin avril», a déclaré le secrétaire à la Santé de Rio de Janeiro, Daniel Soranz.

«En suivant la courbe de la pandémie dans les autres pays, nous pensons qu’il est très difficile que la vague actuelle se prolonge jusqu’à avril», a-t-il ajouté.

«Nous respectons la science et nous allons prendre des mesures équilibrées et adéquates pour, en même temps, respecter une fête qui est la plus grande manifestation culturelle et populaire du Brésil et qui a un impact important sur l’économie de Rio de Janeiro», a déclaré le maire de cette ville Edouardo Paes, fervent admirateur du carnaval.

La répétition d’une école de Samba à quelques jours du défilé. En 2017. 

La répétition d’une école de Samba à quelques jours du défilé. En 2017.

AFP

Les ligues représentant les écoles de samba de Rio et Sao Paulo ont déclaré soutenir la décision des autorités.

«Plus grand spectacle sur Terre»

«C’est la bonne attitude, elle a le plein soutien des écoles de samba et nous espérons que le 21 avril nous pourrons avoir une fête pleine d’allégresse comme le carnaval l’exige», a déclaré Sideni Carriuolo, président de la ligue des écoles de samba de Sao Paulo, qui a assisté aux discussions avec les autorités. «Le carnaval de Rio est "le plus grand spectacle sur Terre", synonyme de joie, et qui enchante tout le monde», a affirmé un communiqué de la Ligue des écoles de samba de Rio, ajoutant toutefois que la «vie et la santé du public et des participants» était tout aussi importante.

Les écoles de samba, des organisations de quartier qui comptent jusqu’à 4000 membres chacune, passent des mois à préparer leurs défilés composés de carrosses sophistiqués, de milliers de costumes fabriqués à la main, avec des danseurs et musiciens répétant pendant des mois pour briller devant les jurés du Sambadrome.

Ceux qui avaient déjà acheté des billets pour les défilés de février pourront les utiliser en avril et une ligne téléphonique est mise à disposition pour répondre aux questions des détenteurs de billets. Le carnaval de rue dans les deux villes avait déjà été annulé au début du mois en raison de la situation sanitaire. Le Brésil a vacciné près de 70% de ses 213 millions d’habitants avec deux doses de vaccin contre le Covid-19.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires