Royaume-Uni: Le Brexit en tête des sondages
Actualisé

Royaume-UniLe Brexit en tête des sondages

La livre sterling était chahutée lundi dans un marché des changes inquiet, face à la progression enregistrée par les partisans d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE.

1 / 75
Le ministre britannique des Finances George Osborne va présenter ludi, avant l'ouvertures des marchés financiers européens, les mesures économiques que le gouvernement entend prendre en réponse au vote en faveur d'une sortie de l'Union européenne.  (Lundi 27 juin 2016)

Le ministre britannique des Finances George Osborne va présenter ludi, avant l'ouvertures des marchés financiers européens, les mesures économiques que le gouvernement entend prendre en réponse au vote en faveur d'une sortie de l'Union européenne. (Lundi 27 juin 2016)

Keystone
Jeremy Corbyn a annoncé lundi qu'il ne démissionnerai pas. Le chef du parti travailliste britannique n'entend pas répondre aux reproches de nombreux collègues de son parti qui jugent qu'il n'a pas fait campagne assez énergiquement pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. D'autres cadres du parti ont pourtant démissionné. (image d'archive)

Jeremy Corbyn a annoncé lundi qu'il ne démissionnerai pas. Le chef du parti travailliste britannique n'entend pas répondre aux reproches de nombreux collègues de son parti qui jugent qu'il n'a pas fait campagne assez énergiquement pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. D'autres cadres du parti ont pourtant démissionné. (image d'archive)

Keystone
Le Royaume-Uni pourrait ne «jamais» déclencher sa sortie de l'Union européenne malgré le vote en ce sens, jeudi. C'est en tout cas le «sentiment personnel» d'un diplomate européen requerrant l'anonymat. Cameron a dit laisser à son successeur la tâche d'envoyer cette notification, ce qui repousse d'office ce geste à octobre. (Image prétexte)

Le Royaume-Uni pourrait ne «jamais» déclencher sa sortie de l'Union européenne malgré le vote en ce sens, jeudi. C'est en tout cas le «sentiment personnel» d'un diplomate européen requerrant l'anonymat. Cameron a dit laisser à son successeur la tâche d'envoyer cette notification, ce qui repousse d'office ce geste à octobre. (Image prétexte)

Keystone

Selon une moyenne des sondages établie par le site WhatUKThinks, le camp du Brexit (British Exit) l'emporterait avec 51% des voix. C'est la première fois depuis près d'un mois que les partisans d'une sortie du giron européen passent en tête dans les intentions de vote calculées par cette organisation, qui ne prend pas en compte les indécis.

La livre est tombée dans la matinée à 1,4353 dollar, au plus bas en trois semaines, et baissait face à la monnaie européenne, à 78,61 pence pour un euro - atteignant même en début d'échanges asiatiques 79,05 pence, son niveau le plus faible en trois semaines et demie.

«Les sondages continuent d'être un moteur pour la monnaie qui fait face ce mois-ci à un haut niveau d'incertitude», notait l'analyste Ana Thaker, de PhillipCapital UK, prédisant des fluctuations encore «plus prononcées» à l'approche du référendum du 23 juin.

Mise en garde de Cameron

Pour tenter de reprendre l'avantage, le premier ministre conservateur David Cameron, chef de file du camp du maintien, a tenu lundi à Londres un meeting aux côtés de responsables du Labour, le principal parti d'opposition, des Verts et du parti Libéral démocrate (centre).

Comme il le fait depuis des mois, David Cameron a mis en garde contre les conséquences économiques d'une rupture avec l'UE.

«Il est temps que Vote Leave (la campagne officielle pour le Brexit, ndlr) dise la vérité sur son projet économique pour un Royaume-Uni en dehors de l'Europe», a déclaré David Cameron, qui joue son avenir politique et sa place dans l'histoire dans ce référendum.

(AFP)

Votre opinion