Publié

SantéLe cancer du poumon plombe les femmes

La baisse du taux de mortalité constatée au sein de l'Union européenne est moins rapide chez les femmes.

(Image d'illustration)

(Image d'illustration)

Keystone

Les taux de mortalité par cancer sont en diminution dans l'Union européenne (UE). La baisse est toutefois moins rapide chez les femmes, selon une étude avec participation suisse.

Cette année, environ 1,3 million de personnes devraient mourir des suites d'un cancer, selon ces travaux de l'Université de Milan (I), auxquels ont participé des chercheurs du CHUV de Lausanne.

Par rapport à 2012, la baisse chez les hommes sera de 8%, contre seulement 4% chez les femmes. La raison est connue depuis plusieurs années déjà, c'est l'augmentation du cancer du poumon lié au tabagisme chez les secondes. En Suisse par exemple, selon l'Office fédéral de la statistique, le nombre de décès annuels attribués au tabagisme a diminué de 13% (à 6200) chez les hommes entre 1995 et 2012, alors qu'il a augmenté de 58% (à 3300) chez les femmes. Et 42% de ces décès sont consécutifs à un cancer.

Pour l'heure, le cancer du sein est encore la principale cause de mortalité oncologique chez la femme dans l'UE, mais il devrait être dépassé dès cette année par le cancer du poumon, selon ces travaux publiés dans Annals of Oncology.

Améliorer le dépistage

«La hausse constante des taux de mortalité féminine par cancer du poumon ou du pancréas souligne la nécessité d'un contrôle efficace de la consommation de tabac chez les femmes en Europe», commente Fabio Levi, du CHUV, cité dans un communiqué de la revue. Concernant le cancer du pancréas, les scientifiques pointent le peu de progrès dans le dépistage, la prévention et le traitement.

Avec 275'700 victimes prévues en 2017, le cancer du poumon représente un cinquième du total des décès. Des signes encourageants sont relevés avec des chiffres à la baisse pour les cancers de l'estomac, de l'intestin, de la prostate, du sein et des ovaires, ainsi que pour la leucémie. Les auteurs soulignent encore que les taux sont très variables d'un pays à l'autre au sein de l'UE. Ils suggèrent aux responsables politiques d'accroître la lutte contre le tabagisme et d'améliorer les instruments de dépistage.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!