Colombie: Le candidat de gauche annule un déplacement à cause de menaces
Publié

ColombieLe candidat de gauche annule un déplacement à cause de menaces

Gustavo Petro, favori de la prochaine élection présidentielle en Colombie, a renoncé à un déplacement par crainte d’une tentative d’assassinat.

Gustavo Petro, lors d’une conférence de presse à Bogotá, le 5 avril 2022.

Gustavo Petro, lors d’une conférence de presse à Bogotá, le 5 avril 2022.

AFP

L’opposant de gauche et favori à la prochaine élection présidentielle en Colombie a annulé lundi un déplacement dans le centre du pays après avoir reçu des informations sur une possible tentative d’assassinat lors de cette visite.

Le sénateur Gustavo Petro, 62 ans, largement en tête des sondages pour le 1er tour prévu le 29 mai, devait se rendre mercredi et jeudi, dans le cadre de sa campagne électorale, dans la région caféière du centre-ouest. Sa «sécurité a reçu des informations de première main de plusieurs sources dans la région selon lesquelles le groupe criminel La Cordillera préparait une tentative d’attentat contre le candidat», a indiqué dans un communiqué l’équipe de campagne du candidat.

La Cordillera «est une organisation paramilitaire impliquée dans le trafic de drogue et les meurtres commandités», selon ce communiqué. Toujours selon l’équipe de Gustavo Petro, citant des «sources hautement crédibles», un officier de police serait partie prenante de ce «plan criminel». L’entourage du candidat a donc préféré jouer «la prudence» et reporter toutes les activités prévues pendant ces deux jours dans cette région.

Pas de confirmation de la police

La police n’a pas confirmé ces affirmations, disant ne pas disposer de «renseignement» ou «d’informations lui permettant de conclure à l’existence d’un plan criminel contre le candidat». De son côté, le bureau du Procureur a indiqué «vérifier» les propos de l’équipe de Gustavo Petro, «y compris la menace présumée du groupe criminel La Cordillera».

Gustavo Petro, un ancien guérillero d’extrême-gauche reconverti à la social-démocratie, qui fut par la suite maire de Bogotá (2012-2015), a exprimé à plusieurs reprises depuis le début de la campagne son inquiétude quant à sa sécurité.

Lourdement protégé, celui qui est à la tête de la coalition de gauche du Pacte historique mène une intense campagne sur les réseaux sociaux comme sur la place publique, avec plusieurs rassemblements par jour un peu partout dans le pays.

Les sondages le donnent pour l’instant largement gagnant, même en cas de second tour le 19 juin. Gustavo Petro deviendrait ainsi le premier président de gauche dans un pays historiquement dirigé par la droite aujourd’hui au creux de la vague.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires