Le cannabis ne soulage pas mieux la douleur qu’un placebo

Publié

MédecineLe cannabis ne soulage pas mieux la douleur qu’un placebo

En examinant 20 études où les deux produits sont soumis aux patients, les chercheurs n’ont trouvé aucune différence significative entre les deux.

par
Michel Pralong
De nombreux pays, dont la Suisse, autorisent le cannabis thérapeutique.

De nombreux pays, dont la Suisse, autorisent le cannabis thérapeutique.

Getty Images/iStockphoto

De nombreux pays, dont la Suisse depuis août dernier, autorisent le cannabis à des fins thérapeutiques. Chez nous, il n’est toutefois pas remboursé par l’assurance-maladie, sauf dans des cas très exceptionnels. Pourquoi? Parce que «les preuves disponibles sur l’efficacité de ces traitements et leur économicité sont actuellement insuffisantes pour permettre une prise en charge générale», explique l’OFSP.

Le cannabis et ses dérivés sont-ils capables d’atténuer réellement la douleur? Pour le savoir, des scientifiques ont étudié les résultats de 20 études, portant sur 1500 personnes au total, dans lesquelles le cannabis était comparé à un placebo pour le traitement de la douleur clinique. Divers types de douleurs ont été traités, comme celles causées par des dommages aux nerfs ou par la sclérose en plaques. Et plusieurs types de produits à base de cannabis ont été prescrits, y compris le THC, le CBD et le cannabis synthétique. Ces traitements ont été administrés de diverses manières, pilules, sprays, huile et fumée.

62% des participants à l’étude étaient des femmes, âgées de 33 à 62 ans. La plupart des études ont été menées aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, les autres au Brésil, en Belgique, en Allemagne, en France, aux Pays-Bas, en Israël, en République tchèque et en Espagne.

Une même diminution de la douleur

Il est ressorti de l’analyse de ces études, parue dans le «Journal of the American Medical Association» qu’après un traitement au placebo, les patients constataient une diminution de la douleur, allant de modérée à importante. Et c’était exactement pareil pour ceux traités au cannabis. Une précédente analyse de 2021 avait même montré que dans des études où les procédures à l’aveugle étaient plus strictes (participants et chercheurs ne savent pas qui reçoit quoi), la diminution de la douleur était plus grande avec le placebo.

De même, il a cette fois été constaté que certains participants pouvaient distinguer les produits de cannabis du placebo, même s’ils avaient la même odeur ou le même goût, et que cela biaisait leur jugement quant à l’efficacité du traitement reçu.

Probable influence des médias

Mais d’où vient l’idée que le cannabis pourrait soulager la douleur? Les auteurs ont voulu voir si cela pouvait venir des médias. Et en effet, «l’écrasante majorité des articles de presse rapportaient que le cannabis avait un effet positif sur le traitement de la douleur. Cela signifie que la couverture médiatique du cannabis a tendance à être positive, quels que soient les résultats réels d’une étude», selon un article écrit par les auteurs de celle-ci dans «The Conversation».

Tout comme l’effet placebo, si une personne pense qu’elle ressentira un soulagement de sa douleur en utilisant un certain produit ou traitement, cela peut changer sa façon de percevoir les signaux de la douleur et lui fait penser qu’elle est moins intense. Ceci même, comme de récentes recherches l’ont montré, si on lui présente des preuves qui contredisent ses attentes initiales.

En conclusion, les auteurs disent qu’ils ne peuvent affirmer à 100% que la couverture médiatique est responsable de la forte réponse placebo observée dans leur étude. «Mais étant donné que les placebos se sont avérés tout aussi efficaces que le cannabis pour gérer la douleur, nos résultats montrent à quel point il est important de penser à l’effet placebo et comment il peut être influencé par des facteurs externes, tels que la couverture médiatique. Pour les traitements, tels que les cannabinoïdes, qui reçoivent beaucoup d’attention des médias, nous devons être extrêmement rigoureux dans nos essais cliniques».

Ton opinion

27 commentaires