Publié

Football«Le canon est prêt mais il faut des munitions»

Agissant au nom de M. Pishyar, Me Péclard attend désormais des preuves concrètes des repreneurs potentiels du Servette.

par
Nicolas Jacquier

«Il y a urgence si l'on veut encore sauver Servette...» Agissant par procuration pour le compte de Majid Pishyar, Me Olivier Péclard s'est rendu cet après-midi au Palais de Justice, à Genève, pour déposer le bilan du SFC devant le Tribunal de première instance. «La suite logique, c'est la faillite que le juge prononcera automatiquement si aucune autre alternative sérieuse n'est trouvée d'ici dix jours.» Dans le même temps, l'ex-président du club de la Praille a renoncé aux prétentions qu'il aurait pu faire valoir. «M. Pisyahr est le plus gros créancier du Servette. Il y en avait quand même pour plus de 5 millions de francs. A mi-février encore, il avait sorti 400000 francs.»

Me Péclard espère toujours pouvoir se rendre chez le juge afin de demander un ajournement de faillite (qu'il n'a pas encore sollicité). «Le canon est prêt, image l'avocat, mais il me faut maintenant des munitions. Or des munitions, ce sont des sous. Pas de belles lettres d'intention. Le juge exigera les preuves d'un premier versement afin que le passif ne puisse pas s'aggraver.»

Ton opinion