Publié

Péréquation financièreLe canton de Berne prêt à faire un pas vers les cantons «riches»

Chacun des deux camps devrait pouvoir s'entendre sur un compromis à mi-chemin des positions actuelles, a estimé la conseillère d'Etat en charge des finances.

par
smk
Beatrice Simon propose un compromis qui verrait son canton de Berne refuser à 50 millions de francs par an.

Beatrice Simon propose un compromis qui verrait son canton de Berne refuser à 50 millions de francs par an.

Keystone

Alors qu'une nouvelle répartition de la péréquation financière est discutée au Parlement, la directrice des finances du canton de Berne, large bénéficiaire de cette redistribution d'argent, propose un compromis.Berne pourrait renoncer à recevoir entre 40 à 50 millions par an.

En 2015, le canton a reçu 1,233 milliard, soit 1,7 million de plus que l'année précédente. De l'argent versé par les cantons «riches» aux cantons «pauvres» grâce au mécanisme de la péréquation financière. D'après la solution proposée par le Conseil fédéral et le Conseil national, Berne pourrait recevoir 90 millions de francs en moins.

«Une machine vitale pour le fédéralisme»

«Une confrontation est en train de se dessiner. Un conflit que personne ne souhaite, nous les cantons bénéficiaires encore moins. C'est pourquoi je pense que nous devons faire un pas en direction des cantons contributeurs», a expliqué samedi Beatrice Simon, la conseillère d'Etat chargée des finances, dans une interview avec le journal «Berner Zeitung».

Chacun des deux camps devrait pouvoir s'entendre sur un compromis à mi-chemin des positions actuelles, estime-t-elle. Car il serait dangereux de «débrancher cette machine vitale pour le fédéralisme».

(ats)

Votre opinion