09.09.2014 à 09:04

Le canton de Vaud fâché par les exigences des CFF

Débat linguistique

A la suite d’un appel d’offres des CFF, l’entreprise Matisa SA a déchanté lorsqu’elle a été informée des exigences linguistiques de l'ex-régie fédérale. Le Conseil d’État s’est emparé de l’affaire.

par
Amèle Debey
Les exigences germanophones des CFF fâchent le canton de Vaud

Les exigences germanophones des CFF fâchent le canton de Vaud

Keystone

En plein cœur des débats sur l’enseignement des langues au sein de la Confédération, les CFF mettent les pieds dans le plat. Afin de faire l’acquisition de locomotives et de tracteurs destinés à entretenir les voies, l’entreprise a fait un appel d’offres. Matisa SA, basée à Crissier, a été contrainte de renoncer à un chiffre d’affaires de 100 millions de francs à cause de l’obstacle de la langue. Selon un article publié le 9 septembre par 24 heures, les CFF ont exigé que l’ensemble des documents relatifs au projet soient rédigés dans la langue de Goethe: «S’il s’agissait juste de faire une offre en allemand, cela n’aurait pas posé de problème, explique le directeur financier de Matisa SA, nous avons des chefs de projet germanophones. Mais là, il fallait que même les plans soient en allemand. Nous ne pouvons pas demander à nos techniciens, ou même à nos dessinateurs, de tous être bilingues».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!