03.03.2016 à 19:06

FranceLe cas des mineurs isolés de Calais bientôt réglé

Londres et Paris vont tout faire pour résoudre rapidement le problème des jeunes migrants isolés.

1 / 108
Un rapport commandé par le gouvernement français estime «plausibles» certains abus des forces de sécurité à l'encontre des migrants de la «Jungle» de Calais. (Mardi 24 octobre 2017)

Un rapport commandé par le gouvernement français estime «plausibles» certains abus des forces de sécurité à l'encontre des migrants de la «Jungle» de Calais. (Mardi 24 octobre 2017)

Keystone
L'ex-«Jungle» de Calais va devenir un site écologique. Les travaux de réhabilitation ont commencé ce lundi 3 juillet 2017.

L'ex-«Jungle» de Calais va devenir un site écologique. Les travaux de réhabilitation ont commencé ce lundi 3 juillet 2017.

Keystone
Une ONG britannique se dit très inquiète pour quelque 60 mineurs isolés de Calais après avoir perdu leur trace. En effet, les enfants restent introuvables. (23 novembre 2016)

Une ONG britannique se dit très inquiète pour quelque 60 mineurs isolés de Calais après avoir perdu leur trace. En effet, les enfants restent introuvables. (23 novembre 2016)

AFP

François Hollande et David Cameron sont convenus jeudi d'agir rapidement pour régler le sort des mineurs isolés dans le camp de Calais. Ceux-ci devraient pouvoir rejoindre leur famille au Royaume-Uni.

Selon une source au sein de la délégation française présente au 34e sommet franco-britannique d'Amiens, 326 mineurs isolés ont été recensés à Calais mais tous ne peuvent pas prétendre au regroupement familial. Selon la loi en vigueur, seuls les mineurs ayant des membres de leur famille installés au Royaume-Uni peuvent prétendre les rejoindre.

«Les règles existent, mais il faut les faire fonctionner de manière plus efficace et rapide», a déclaré David Cameron devant la presse à la fin du sommet.

François Hollande lui a fait écho. «Quand ces jeunes ont un lien familial au Royaume-Uni, ces jeunes doivent rejoindre le Royaume-Uni vite et de manière efficace», a dit le président français. «Nous travaillons pour qu'il puisse y avoir une identification précise».

Le tribunal administratif de Lille, saisi en référé, avait rappelé le 11 février à l'Etat français ses obligations concernant ces enfants ou jeunes adolescents et la France avait dans la foulée saisi le Royaume-Uni de demandes.

Alors que des milliers de migrants attendent dans le nord de la France de pouvoir rejoindre la Grande-Bretagne, le premier ministre britannique a toutefois prévenu : «Calais n'est pas une salle d'attente pour aller au Royaume-Uni.»

A l'occasion du sommet d'Amiens, Londres a annoncé le déblocage de 17 millions de livres, soit 22 millions d'euros, pour sécuriser la région de Calais et venir en aide aux réfugiés. Cette enveloppe s'ajoute aux quelque 60 millions d'euros déjà versés par les Britanniques dans ce dossier. Une réunion avec les élus de la région de Calais est prévue vendredi à l'Elysée à 18h.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!