Publié

Afrique du SudLe célèbre parc Kruger ferme pour cause d’inondations

De graves inondations ont forcé les autorités sud-africaines à fermer le parc national, au nord-est du pays. Des dizaines de touristes ont dû être évacués.

Les animaux du parc ne sont pas en danger, selon le porte-parole du parc.

Les animaux du parc ne sont pas en danger, selon le porte-parole du parc.

AFP

Les fortes pluies qui sont tombées au nord-est de l'Afrique du Sud ces derniers jours ont gonflé les cours d’eau traversant le célèbre parc Kruger. Les flots ont emporté un certain nombre de ponts, ce qui a obligé les responsables du parc à évacuer une soixantaine de visiteurs en safari, a précisé le porte-parole du parc national William Mabasa jeudi. «Nous avons fermé nos portes», a-t-il ajouté.

«Il y a des gens qui ont été transportés par avion depuis certaines parties (du parc), des visiteurs pour la journée qui participaient à un safari et ont dû être ramenés à Skukuza (le camp principal, ndlr). Il y a 60 personnes dans le sud qui ont été transportés hier à Skukuza parce qu’ils étaient isolés», a-t-il décrit.

La direction doit encore évaluer les dégâts. L’eau a selon M. Mabasa emporté «un assez grand nombre de ponts», mais la situation n’est pas aussi grave qu’en 2000, quand des bâtiments et des routes ont été gravement endommagés. Les animaux du parc ne sont pas en danger, a précisé le porte-parole.

Grand comme le Pays de Galles, le parc national Kruger est l’une des principales destinations touristiques d’Afrique du Sud. Il reçoit environ un million de visiteurs par an.

Evacuations au Mozambique

La région a été frappée par des pluies torrentielles issues d’une dépression tropicale qui a douché le Mozambique voisin lundi. Les inondations ont plus de 1500 personnes à quitter leurs foyers au Mozambique, a-t-on appris jeudi auprès des autorités locales.

Les pluies torrentielles ont provoqué la crue des rivières et détruit des maisons dans les provinces mozambicaines de Maputo et Gaza, ont indiqué des responsables des services météorologiques. Les prévisions anticipent de nouvelles intempéries dans la région, qui risquent de menacer les zones agricoles du Mozambique.

(ATS/AFP)

Votre opinion