Carnet noir  – Le célèbre styliste italien Nino Cerruti est décédé
Publié

Carnet noir Le célèbre styliste italien Nino Cerruti est décédé

Alors qu’il se trouvait à l’hôpital pour une opération à la hanche, le géant de la mode et de la haute couture s’est éteint à l’âge de 91 ans.


Nino Cerruti était passé maître dans le raffinement décontracté.


Nino Cerruti était passé maître dans le raffinement décontracté.

Reuters 

Le styliste italien Nino Cerruti est décédé à l’âge de 91 ans, a appris samedi soir l’AFP d’une source du secteur de la mode, confirmant l’annonce des médias italiens.

«Un géant qui s’en va»

Il est mort dans un hôpital de Vercelli, dans le Piémont (nord-ouest) où il se trouvait pour une opération à la hanche, selon le site du Corriere della Sera.

«C’est un géant parmi les entrepreneurs italiens qui s’en va», a réagi le vice-ministre du Développement économique Gilberto Pichetto.

Nino Cerruti avait introduit le «casual chic» dans la mode masculine haut de gamme en inventant, dans les années 70, la première veste déconstruite.

Il était alors passé maître dans le raffinement décontracté, mais estimait que le terme «élégance» a «un terrible goût de l’ancien», lui préférant le concept de «style». «Avoir du style, c’est mélanger culture et art», selon Nino Cerruti.

Nino Cerruti en 1985. 

Nino Cerruti en 1985.

AFP

Avec Giorgio Armani

Né le 25 septembre 1930 à Biella, il s’était vu contraint d’abandonner ses études de philosophie à l’âge de 20 ans, après le décès de son père Silvio, pour reprendre l’usine textile familiale et enterrer ainsi son rêve de devenir journaliste.

Dans les années 60, il rencontrait un certain Giorgio Armani, de quatre ans son cadet, et l’embauchait comme créateur pour hommes. Le tandem, qui a profondément marqué le monde de la mode, s’est séparé une décennie plus tard, après la décision d’Armani de fonder sa propre maison en 1975.

Parmi ses multiple activités, Nino Cerruti, nommé Chevalier du travail, a été également le designer officiel de l’équipe de Ferrari en Formule 1.

(AFP)

Votre opinion