Contenu sponsorisé: Le célibat ne fait pas la loi

Publié

Contenu sponsoriséLe célibat ne fait pas la loi

Au niveau politique, la société n'a pas pris le virage du nombre grandissant des célibataires, dont le statut semble toujours intermédiaire.

par
Stéphanie Billeter
fotolia

Nous l'avons vu, le nombre de célibataires en Suisse a largement dépassé le million de personnes. Et pourtant, souligne Sylvia Locher, présidente de Pro Single Schweiz, «sur le plan politique, ils continuent d'être largement ignorés. Les édiles préfèrent se faire bien voir en promouvant une politique familiale plutôt que de supprimer des inégalités persistantes. Prenez l'exemple de la prévoyance vieillisse: lorsqu'un célibataire décède, toute sa fortune revient à la caisse de pension».

Sur le papier, le statut de célibataire existe, mais il désigne exclusivement une personne non-mariée sans faire la distinction entre celle qui vit seule et celle qui vit en concubinage. Un statut bien obsolète si on prend en compte l'évolution de la société. La situation est plus ambigüe pour les femmes dont la position de célibataire reste toujours difficile à valoriser. D'ailleurs, depuis 2013 et l'obligation de n'avoir plus qu'un seul nom de famille, la plupart des femmes optent au mariage pour le patronyme de leur conjoint et non le leur, qui fait référence à leur période de célibat davantage qu'à une lignée.

D'autre part, les mères célibataires ne bénéficient, outre des fondations ou des associations auxquelles elles peuvent s'adresser, d'aucune aide particulière. Ainsi, une femme au chômage qui tombe enceinte doit continuer ses offres d'emploi. Et jusqu'en janvier 2014, une mère avec un enfant de père inconnu était placée sous curatelle. La société patriarcale serait-elle indéboulonnable?

De même, le leg en tant que célibataire est soumis à des restrictions. Sur Ch.ch, la plateforme d'information des autorités suisses, il est spécifié au sujet d'une personne célibataire qui décède: «S'il n'y a ni conjoint ni enfants, ce sont les parents et leurs descendants qui héritent. S'il n'y a pas non plus de parents ni de descendants des parents, ce sont les grands-parents et leurs descendants qui héritent. S'il n'y a pas de parents du tout, la succession est dévolue entièrement à l'Etat.»

S'il y a concubin, ce dernier n'héritera de rien, sauf s'il est mentionné dans un testament, soumis lui aux réserves héréditaires (les parts réservées aux descendants directs). Pour le ou la célibataire, le testament se révèle donc quasiment indispensable. Mais qui a envie de rédiger un testament en tant que célibataire? Les routes de la reconnaissance et de la rencontre d'un partenaire sont encore longues et parsemées d'embûches.

Mais pour celles et ceux qui souhaitent éviter ces tracas administratifs et activement quitter le célibat pour vivre heureux en couple, une initiative originale est proposée actuellement: le Mazda Speed Dating. En quelques mots : alors que les speed datings traditionnels privilégient une rencontre de quelques minutes en « face à face », la solution préconisée par Mazda est celle du « côte à côte ».

En effet, diverses études menées par des psychologues attestent que la pression est trop forte lorsqu'il s'agit de soutenir le regard de l'autre. Au contraire, être assis l'un à côté de l'autre facilite les premiers échanges. Le déroulé? Un groupe de 20 célibataires prend le volant de la Mazda MX-5. Toutes les 15 mn, changement de véhicule … et de partenaire! En route, une petite surprise les attend. Plus de 2500 célibataires se sont déjà inscrits. Pourquoi ne pas essayer ? Infos sur www.mazda-speed- dating.ch/fr

D'autres informations sur le «Mazda Speed Dating» et inscription: www.mazda-speed-dating.ch

Prochains rendez-vous en Suisse romande: Genève: 11-14 août Lausanne: 18-21 août

Ton opinion