Publié

ElectionsLe centre gauche conserve cinq régions d'Italie

Dans l'attente des résultats définitifs, selon des projections diffusées lundi matin dans les sept régions où avait lieu le scrutin, le Parti démocrate était en tête avec 23,7%

Le président du Conseil italien, Matteo Renzi, du Parti démocrate, a voté dimanche près de Florence.

Le président du Conseil italien, Matteo Renzi, du Parti démocrate, a voté dimanche près de Florence.

Keystone

Le Parti démocrate (PD) du chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, confirmait ce lundi 1er juin sa place de premier parti du pays aux élections régionales. Mais son résultat est en net recul par rapport aux élections européennes il y a un an.

Dans l'attente des résultats définitifs, le PD était en tête avec 23,7%, suivi par le mouvement contestataire Cinq étoiles à 18,4%, la Ligue du Nord à 12,5% et Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, à 10,7% seulement. Ces projections ont été diffusées lundi matin par la télévision publique RAI dans les sept régions où avait lieu le scrutin.

Le PD conserverait la Toscane, l'Ombrie, les Marches et les Pouilles, et devrait conquérir la Campanie, la région de Naples. Selon les projections, il devrait perdre en revanche la Ligurie, la région de Gênes, au profit de Forza Italia. La Ligue du Nord devrait confirmer son emprise sur la Vénétie.

Les élections régionales et municipales partielles en Italie ont été marquées dimanche par une forte baisse de la participation: 53,9%, contre 64,1% aux européennes.

Cette bataille électorale est la première d'importance depuis les élections européennes, il y a un an. Elles avaient été remportées haut la main par le Parti démocrate de M. Renzi, avec 40,1% des voix.

Forza Italia affaibli

La presse nationale italienne soulignait lundi l'affaiblissement relatif de M. Renzi: «Aujourd'hui pour Renzi, il est plus difficile de gouverner», commentait le journal de centre droit La Stampa, tandis que La Repubblica titrait: «Aux élections régionales, un stop pour Renzi».

Plusieurs commentateurs soulignaient aussi que, selon les projections, la Ligue du Nord, aux positions anti-européennes et souvent xénophobes, semble passer devant Forza Italia. Le règne dans la droite italienne du parti de centre droit fondé par Silvio Berlusconi semble avoir vécu.

(ats)

Votre opinion