Actualisé

Présidentielle françaiseLe centriste Bayrou votera Hollande

François Bayrou a annoncé jeudi qu'il ferait le «choix» de voter François Hollande à titre personnel au second tour de l'élection présidentielle, et n'a par ailleurs pas donné de «consigne générale de vote» à ses électeurs.

Bayrou: «Je ne suis pas et je ne deviendrai pas un homme de gauche.»

Bayrou: «Je ne suis pas et je ne deviendrai pas un homme de gauche.»

AFP

Le dirigeant centriste a précisé qu'il laissait libres ses électeurs de voter pour le candidat socialiste ou le président sortant Nicolas Sarkozy dimanche prochain.

«Je ne veux pas voter blanc, cela serait de l'indécision et dans ces circonstances, l'indécision est impossible. Reste le vote pour François Hollande, c'est le choix que je fais», a déclaré le président du Mouvement Démocrate (Modem) lors d'une déclaration à son siège de campagne, à Paris.

Le dirigeant centriste a précisé qu'il laissait libres ses électeurs de voter pour le candidat socialiste ou le président sortant Nicolas Sarkozy dimanche prochain. Il s'est toutefois livré à une charge virulente contre Nicolas Sarkozy, lui reprochant la «violence» de sa stratégie d'entre-deux-tours et sa «course- poursuite» à l'extrême droite.

Cette annonce pourrait être le coup de grâce pour le président sortant, qui n'a pu obtenir le ralliement d'aucun des trois premiers éliminés du premier tour.

Les jeux sont faits

Par ailleurs, le duel télévisé de mercredi entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, présenté comme la dernière chance pour Nicolas Sarkozy de refaire son retard sur le candidat socialiste, n'a pas fait bouger le rapport de forces dans les sondages d'opinion.

Trois enquêtes réalisées après cette confrontation âpre entre les deux finalistes et publiées jeudi donnent à penser que les jeux sont faits, trois jours avant l'échéance. François Hollande a été jugé plus convaincant que Nicolas Sarkozy lors du débat par 45% des sondés, 41% étant d'un avis inverse, dans un sondage LH2 pour Yahoo.

Le sondage conclut à «un impact quasiment nul sur les intentions de vote» et le candidat socialiste est donné vainqueur dimanche avec 53% des voix, contre 47% à Nicolas Sarkozy. Le sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match donne le même écart, inchangé par rapport à mercredi soir.

Seul un sondage OpinionWay pour Le Figaro et LCI est de nature à réconforter quelque peu le président sortant: François Hollande y obtient 52,5% des intentions de vote, soit une baisse d'un point et demi par rapport au 24 avril.

Appels pas entendus

Nicolas Sarkozy a conclu le débat mercredi en lançant un appel aux électeurs qui ont voté au premier tour pour la candidate du Front national Marine Le Pen (17,9%), le centriste François Bayrou (9,1%) et les indécis. Un appel resté lettre morte.

François Bayrou avait déclaré auparavant qu'il prendrait ses «responsabilités». En 2007, il avait refusé de se prononcer entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal et avait voté blanc.

Marine Le Pen de son côté a annoncé mardi déjà qu'elle voterait blanc. La leader du FN est en pleine préparation des législatives de juin qui, prédit-elle, verront l'implosion de l'UMP à son profit après la défaite de Nicolas Sarkozy. Une défaite due, selon elle, à son refus de nouer des alliances avec le Front national.

Derniers meetings

Les deux finalistes ont quant à eux jeté leurs dernières forces dans la bataille lors de grands meetings en province jeudi. Nicolas Sarkozy a choisi Toulon, l'une des quatre villes de France a avoir été gérées par le Front national. Il y a appelé à battre la gauche qui, selon lui, mènerait le pays à la ruine en raison des dépenses inconsidérées prévues par son programme.

François Hollande était lui sur des terres socialistes, à Toulouse, où il a galvanisé une foule de plus de 25'000 personnes sur la place du Capitole.

«De nouveau, la gauche est là, prête à diriger le pays», a-t-il dit. Et de mettre en garde contre la tentation de la démobilisation qui naîtrait des bons sondages en sa faveur. «Rien n'est fait, rien n'est acquis, rien n'est conquis.»

(AFP)

Votre opinion