Actualisé

Attentats de ParisLe cerveau présumé des attentats est mort lors de l'assaut

Le corps, «criblé d'impacts», de Abdelhamid Abaaoud a été identifié. Organisateur présumé des attentats de Paris, il a été tué lors de l'assaut à Saint-Denis.

1 / 135
Une première inculpation est tombée dans les attentats de Paris. Un suspect est inculpé en Belgique. (vendredi 20 novembre 2015)

Une première inculpation est tombée dans les attentats de Paris. Un suspect est inculpé en Belgique. (vendredi 20 novembre 2015)

Reuters
Une semaine jour pour jour après les attentats meurtriers de Paris qui ont fait 130 morts et 351 blessés, les Parisiens se sont rassemblés ici près de la rue de Charonne, pour rendre hommage aux victimes. (vendredi 20 novembre 2015)

Une semaine jour pour jour après les attentats meurtriers de Paris qui ont fait 130 morts et 351 blessés, les Parisiens se sont rassemblés ici près de la rue de Charonne, pour rendre hommage aux victimes. (vendredi 20 novembre 2015)

On apprend que la cousine du cerveau des attentats, Hasna Aïtboulahcen, n'est en fait pas morte en kamikaze , contrairement à ce qui a été envisagé jusqu'à présent. Mais c'est en fait un homme qui s'est fait sauter en kamikaze. (vendredi 20 novembre 2015)

On apprend que la cousine du cerveau des attentats, Hasna Aïtboulahcen, n'est en fait pas morte en kamikaze , contrairement à ce qui a été envisagé jusqu'à présent. Mais c'est en fait un homme qui s'est fait sauter en kamikaze. (vendredi 20 novembre 2015)

DR

Le djihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, a été tué pendant l'assaut des forces de police mercredi à Saint-Denis, en banlieue parisienne, a annoncé jeudi le procureur de Paris. Son corps criblé d'impacts a été identifié.

«Abdelhamid Abaaoud vient d'être formellement identifié, après comparaison de traces papillaires, comme ayant été tué au cours de l'assaut (...) Il s'agit du corps découvert dans l'immeuble», selon un communiqué de François Molins, chargé de l'enquête sur les attaques qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés.

Empreintes digitales

Le parquet précise qu'Abdelhamid Abaaoud a été identifié grâce à des «traces papillaires», ses empreintes digitales, et qu'il ignore à ce stade s'il s'est fait - ou non - exploser.

Les enquêteurs tentent toujours d'identifier les corps d'une à deux autres personnes tuées lors de l'assaut, dont peut-être celui d'une femme, avait indiqué mercredi François Molins.

La femme aurait mené à Abaaoud

Une vidéo prise par un habitant du quartier semble confirmer que la personne déchiquetée par le déclenchement de sa ceinture explosive est bien une femme et qu'elle a parlé aux hommes du Raid.

«Il est où ton copain ?», demande un policier sur cette vidéo diffusée sur les sites de médias. «Ce n'est pas mon copain», répond-elle avant que ne retentisse une explosion.

La poursuite de l'identification des corps devrait permettre de dire si la femme est bien Hasna Ait Boulahcen, qui aurait 26 ans et serait née dans les Hauts-de-Seine.

Cette probable kamikaze avait été mise sur écoute en raison de ses liens avec Abdelhamid Abaaoud. La surveillance d'Hasna Ait Boulahcen est l'un des éléments qui ont convaincu les enquêteurs que le Belge, la cible de l'opération de mercredi, se trouvait en France. François Molins a également fait état d'un «témoignage».

Réaction de Valls

Le Premier ministre Manuel Valls a immédiatement salué cette neutralisation. «Abaaoud, le cerveau de ces attentats - l'un des cerveaux car il faut être particulièrement prudent et nous savons les menaces - se trouvait parmi les morts», a déclaré le chef du gouvernement devant les députés.

Recrutement des femmes espagnoles

Le ministre espagnol de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, a annoncé jeudi que Abdelhamid Abaaoud, avait essayé de recruter via internet, des femmes résidant en Espagne. Cela pour qu'elles rejoignent le groupe Etat islamique (EI).

«Cette personne, Abdelhamid Abaaoud, avait essayé de recruter à travers les réseaux des personnes, des Espagnols et principalement des femmes, pour qu'ils soient intégrés et se déplacent pour combattre avec Daech (acronyme arabe de l'EI) en zone de conflit», a dit le ministre. Mais ce n'était «pas pour commettre des attentats en Espagne, de cela, nous n'avons pas connaissance».

«Dernièrement, Daech se spécialise dans le recrutement de femmes. Ils considèrent que les moujahidines doivent avoir des femmes pour repeupler le califat» islamique instauré en 2014 sur les territoires qu'ils contrôlent en Syrie et en Irak, a commenté Jorge Fernandez Diaz.

Ces derniers mois, la police espagnole a interpellé plusieurs femmes soupçonnées de recruter des jeunes filles et adolescentes pour le compte de l'EI.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!