03.05.2013 à 09:20

Le changement climatique va franchir un nouveau seuil

Le changement climatique s'apprête à franchir un cap: le plus célèbre instrument de mesure de la concentration de CO2 dans l'air va bientôt atteindre les 400 ppm, un niveau inégalé depuis des millions d'années.

Le 29 avril, la concentration du principal gaz à effet de serre (GES) était de 399,50 parties par million (ppm) au-dessus du volcan Mauna Loa de Hawaï où des mesures sont effectuées depuis 1958, la plus longue séquence jamais enregistrée dans ce domaine.

Et le seuil des 400 ppm pourrait être atteint ce mois-ci, selon la Scripps Institution of Oceanography de San Diego qui collecte ces données connues comme «la courbe de Keeling», du nom du scientifique américain Charles Keeling à l'origine du projet.

Ce graphe est l'une des plus fameuses pièces à charge contre le rôle de l'homme dans le réchauffement du globe. Depuis les premières mesures, établies à 316 ppm, la courbe croît sans discontinuer. Jusqu'à la révolution industrielle et le recours massif aux énergies fossiles, ce taux n'avait pas dépassé les 300 ppm durant au moins 800'000 ans, selon des prélèvements dans la glace polaire.

Comme un indice boursier

«Ce seuil de 400 ppm a le même type de signification qu'un indice boursier» qui dépasserait un niveau symbolique, explique Ralph Keeling, qui poursuit les travaux de son père. «Il est d'abord important pour la perception que les hommes ont du changement en cours. C'est un jalon», estime-t-il.

De fait, il ne s'agira alors que d'un taux journalier qui, quand la végétation aura repoussé et absorbera une partie du CO2, descendra à nouveau.

Pour le climatologue français Jean Jouzel, la valeur moyenne annuelle de 400 ppm «devrait être atteinte dans deux ou trois ans». «Mais ça n'empêche pas que ce soit très marquant de dépasser pour la première fois les 400 ppm», souligne-t-il.

Vive inquiétude

Et pas n'importe où. Certes une telle valeur a déjà été dépassée en juin au-dessus de l'Arctique. «Mais l'intérêt de Hawaï, c'est que c'est une valeur moyenne pour l'hémisphère nord. C'est vraiment la série de référence», explique Jean Jouzel.

Au point que la responsable de l'ONU pour le climat, Christiana Figueres, a brandi cette semaine ces chiffres devant les délégations du monde entier réunies à Bonn pour reprendre les laborieuses négociations sur la lutte contre le changement climatique.

«Je vous accueille avec une inquiétude plus vive» et un «sens de l'urgence plus fort», a-t-elle lancé aux négociateurs qui doivent élaborer d'ici 2015 un accord qui engagerait tous les pays à réduire leurs gaz à effet de serre (GES).

Emballement du système climatique

L'objectif fixé par la communauté internationale est de contenir le réchauffement à 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels, seuil au-delà duquel les scientifiques mettent en garde contre un emballement du système climatique avec son cortège d'évènements extrêmes.

Or, 400 ppm de CO2 met déjà la planète sur la trajectoire d'une hausse moyenne de 2,4 degrés, selon le dernier rapport des experts de l'ONU sur le climat (Giec).

Au rythme actuel «on devrait atteindre une valeur de 450 ppm vers 2040», indique Jean Jouzel. Soit une hausse du thermomètre autour de 3°C.

Et les perspectives sont sombres: non seulement la consommation énergétique mondiale s'envole, mais on émet aujourd'hui toujours autant de CO2 pour chaque unité d'énergie produite qu'en 1990, selon l'Agence Internationale de l'Energie (AIE).

Entre trois et cinq millions d'années

La dernière fois que la planète a connu une concentration de plus de 400 ppm de CO2, c'était il y a entre trois et cinq millions d'années durant l'ère du pliocène. La température était de trois à quatre degrés de plus qu'aujourd'hui et le niveau des mers cinq à 40 mètres plus haut, selon la Scripps Institution of Oceanography.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!