Actualisé

SénégalLe chanteur Youssou N'Dour malmené par la police

Sept candidats opposés au président sortant ont déposé samedi soir des recours pour l'invalidation de sa candidature. Parmi eux, Youssou N'Dour, qui aurait été malmené par la police. Le chanteur se dit «menacé physiquement».

Youssou N'Dour.

Youssou N'Dour.

archive, Keystone

Ils ont fait déposer «chacun un recours pour l'invalidation de la candidature d'Abdoulaye Wade », il y a donc sept recours en tout, a expliqué l'avocat Moussa Bocar Thiam.

Il a précisé avoir été mandaté par Ousmane Tanor Dieng, chef du Parti socialiste (PS), deux anciens Premiers ministres Moustapha Niasse et Idrissa Seck, deux ex-ministres des affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio et Ibrahima Fall, le maire opposant Cheikh Bamba Dièye et la couturière Diouma Dieng Diakhaté, candidate surprise du premier tour de la présidentielle du 26 février.

Toujours selon Me Thiam, les dossiers déposés comportent «les arguments juridiques mais aussi l'élément sonore dans lequel Abdoulaye Wade a dit qu'il ne pouvait pas se présenter» pour un nouveau mandat, après épuisement de ses deux premiers (un septennat de 2000 à 2007 et un quinquennat de 2007 à 2012).

L'ancien Premier ministre sénégalais Macky Sall, également candidat, s'apprête lui aussi à faire déposer un recours contre la candidature de M. Wade, a encore indiqué son cabinet.

De son côté, M. Wade a introduit auprès du Conseil constitutionnel une requête pour le rejet des candidatures de Macky Sall, Idrissa Seck et Cheikh Tidiane Gadio, s'ils ne produisent pas un document prouvant qu'ils sont en règle avec l'administration fiscale, a indiqué l'Agence de presse sénégalaise APS.

Menaces contre Youssou N'Dour

Quant au chanteur vedette Youssou N'Dour, dont la candidature a été rejetée, il a également saisi le Conseil contre cette invalidation, selon un de ses porte-parole, Doudou Sarra.

Ce dernier a aussi indiqué que le chanteur avait été «malmené» par des policiers alors qu'il se rendait à la Division des investigations criminelles à Dakar pour soutenir l'opposant et porte-parole du Mouvement du 23 Juin, Alioune Tine, célèbre défenseur des droits humains en Afrique, qui a été arrêté samedi, selon l'opposition.

«Ceux à qui on demande de respecter la loi et de faire en sorte que la loi soit respectée par tout le monde n'y parviennent plus», a pour sa part déclaré M. Ndour lors d'un point de presse après le dépôt de son recours contre le rejet par la Cour constitutionnelle de sa candidature à l'élection présidentielle du 26 février.

Il y a «des menaces qu'on entend aujourd'hui pour attaquer ma personne physiquement», a-t-il dit, sans autres détails.

Votre opinion