Evolution climatique: Le chasselas vaudois bat son record de précocité

Publié

Évolution climatiqueLe chasselas vaudois bat son record de précocité

Dans le bassin lémanique, le chasselas est déjà mûr trois semaines avant la norme. En Valais, ce n’est pas vraiment le cas. Une chose est certaine, le raisin a aimé le soleil cette année.

par
Eric Felley
Gorgées de soleil, les grappes de ce millésime 2022 promettent un bon taux de sucre.

Gorgées de soleil, les grappes de ce millésime 2022 promettent un bon taux de sucre.

Getty Images

Dans le bassin lémanique, le chasselas a battu des records historiques de maturation. «24 heures» de mercredi cite les observations faites par le centre de recherche Agroscope de Pully, qui constate que cette maturation a trois semaines d’avance. Comme on peut s’en douter ce sont les chaleurs exceptionnelles de ce millésime qui sont à l’origine de cette précocité. Pas seulement en été, mais aussi au printemps.

Depuis les années 80, la station de recherche a pu établir une corrélation entre l’augmentation régulière des températures et une date des vendanges qui devient de plus en plus précoce.

Date pas encore fixée en Valais

Qu’en est-il en Valais, terre dévolue à la culture du chasselas et du fendant? Selon Yvan Aymon, président de l’Interprofession de la vigne et du vin (IVV), la maturité du raisin est bien avancée: «Mais la date du début des vendanges n’a pas encore été fixée, cela sera probablement au début septembre, L’État doit procéder encore à des prélèvements pour déterminer le taux de maturité». En 2017, l’ouverture des vendanges valaisannes était fixée au 11 septembre, en 2018 au 10 septembre, en 2019 au 23 septembre, en 2020 au septembre et en 2021 au mois d’octobre…

Des phénomènes très marqués

Pour Yvan Aymon, ce n’est pas l’évolution de la date de l’ouverture des vendanges qui retient son attention dans l’évolution du climat: «L’année dernière nous avons eu un été extrêmement humide et les vendanges ont été très tardives au mois d’octobre. Cette année nous avons des conditions de sécheresse très forte. Ce qui change la vie des agriculteurs ce sont ces phénomènes très marqués d’une année à l’autre». L’année dernière l’IVV faisait remarquer: «La moitié des dix dernières années ont été des années difficiles».

De «belles vendanges» en Valais

Cependant, c’est certain, la vigne préfère le soleil à la pluie. Les vendanges 2021 ont été catastrophiques du point de vue des quantités. Cette année, les Valaisans s’attendent à «de belles vendanges», selon Yvan Aymon. Belles et bonnes.

Ton opinion

4 commentaires