Canton de Fribourg: Le chauffard de Charmey condamné à du sursis

Actualisé

Canton de FribourgLe chauffard de Charmey condamné à du sursis

Le conducteur qui avait fauché une famille et tué un septuagénaire en octobre 2015 écope de 18 mois de prison avec sursis.

Plusieurs membres d'une famille se trouvaient sur le parking d'un hôtel lorsqu'ils ont été percutés en octobre 2015.

Plusieurs membres d'une famille se trouvaient sur le parking d'un hôtel lorsqu'ils ont été percutés en octobre 2015.

Police (FR), AFP

L'automobiliste qui a provoqué l'accident mortel de Charmey (FR) en octobre 2015 est reconnu coupable d'homicide par négligence. Ce Fribourgeois de 60 ans est condamné à une peine de 18 mois de prison assortie d'un sursis de 5 ans.

Durant cette période, il a l'interdiction de conduire. Sa voiture a été confisquée. Le prévenu est aussi reconnu coupable de lésions corporelles simples par négligence, notamment, selon le jugement communiqué jeudi par le Tribunal de la Gruyère. Lors des audiences mi-novembre, le procureur avait requis 18 mois, dont 6 ferme.

Un dimanche matin, plusieurs membres d'une famille se trouvaient sur le parking d'un hôtel où ils avaient célébré un anniversaire. Le prévenu avait perdu connaissance au volant avant de perdre la maîtrise de son véhicule, fauchant quatre personnes.

Un homme de 71 ans domicilié dans le canton de Neuchâtel était mort sur place. Les trois autres victimes, dont une Valaisanne âgée de dix ans et un quadragénaire en chaise roulante, avaient été grièvement blessées.

Imprudences

Cet automobiliste avait déjà un passé conséquent, comptabilisant plusieurs retraits de permis au cours des vingt dernières années. Et il avait déjà écopé d'une condamnation pénale pour un accident qu'il avait eu en 2015, après une crise d'épilepsie au volant.

Concernant l'accident de Charmey, il a violé son devoir de prudence, selon les juges. Alors qu'il ressentait des palpitations cardiaques, il aurait dû stopper immédiatement son véhicule, avant de tomber en syncope et de provoquer l'accident qui est survenu.

De plus, il n'a pas respecté les règles d'or en matière d'épilepsie. D'une part, il avait consommé la veille une trop grande quantité d'alcool au vu de sa pathologie et de la prise concomitante de médicaments anti-épileptiques. D'autre part, en dormant ailleurs que chez lui et sur un simple canapé, il ne s'est pas accordé un sommeil réparateur, ce qui était propre à favoriser une crise d'épilepsie.

La Juge de police relève qu'il importe peu de déterminer si la perte de connaissance est due à une simple syncope liée à une crise de tachycardie intense, ou à une syncope suite à une crise d'épilepsie, elle-même provoquée par les palpitations cardiaques. La deuxième cause apparaît toutefois plus probable, car le prévenu a souffert de deux crises d'épilepsie lors de son transfert à l'hôpital.

(ats)

Ton opinion