31.07.2020 à 12:33

ZurichUn chef de clinique de l'USZ démis de ses fonctions

Le responsable de la clinique de chirurgie cardiaque de l'hôpital universitaire de Zurich a été mis en congé pour une durée indéterminée, afin ramener le calme dans l’institution.

Il n'est pas certain qu'il puisse retourner à l'USZ une fois que l'enquête du Ministère public sera terminée.

Il n'est pas certain qu'il puisse retourner à l'USZ une fois que l'enquête du Ministère public sera terminée.

KEYSTONE

Le chef de la clinique de chirurgie cardiaque de l'hôpital universitaire de Zurich (USZ) a été démis de ses fonctions. Il n'a pas été licencié, mais il n'a plus accès au système interne et ne peut plus donner d'instructions aux employés.

L'hôpital universitaire a confirmé vendredi l'information publiée dans le Tages-Anzeiger. Il s'agit de ramener le calme au sein de la clinique, car la situation est difficile pour tous les employés, a précisé l'USZ à l'agence Keystone-ATS. La sécurité des patients est la priorité absolue.

Le chef de la clinique de chirurgie cardiaque est actuellement en congé. Il n'est pas certain qu'il puisse retourner à l'USZ une fois que l'enquête du Ministère public sera terminée. L'hôpital universitaire ne peut pas dire combien de temps elle durera.

Conflit d'intérêts

Le chef de la clinique est accusé d'avoir utilisé des implants provenant d'une société dans laquelle il a des intérêts. Il n'a pas fait preuve de la transparence nécessaire sur ce conflit d'intérêts. Il est aussi soupçonné d'avoir embelli des rapports d'opérations. Pour le chef de la clinique, toutes ces accusations sont «non fondées» et ont pour but de lui nuire.

D'autres chefs de cliniques de l'USZ font l'objet de critiques en raison de leurs méthodes de travail. Le chef de la clinique de chirurgie orale et maxillo-faciale est soupçonné d'avoir systématiquement orienté les patients vers son cabinet privé pour y être soignés. Il a annoncé sa démission pour la fin de l'année.

Trois opérations en même temps

Le chef de la clinique de gynécologie est accusé d'avoir opéré trois femmes en même temps, selon le plan d'organisation des opérations. Il a déjà démissionné.

Le parlement cantonal zurichois a ouvert une enquête parlementaire. Le Ministère public a ouvert des enquêtes préliminaires contre ces trois médecins afin de déterminer si des délits relevant du pénal ont été commis.

Le parlement zurichois a aussi décidé d'ancrer dans la loi une limitation des salaires des médecins-chefs à un million de francs par année. Ce qu'ils gagnent en plus, ils doivent le verser aux hôpitaux.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!