Philippines: Le chef de la police dérape: «Tuez vos dealers!»
Publié

PhilippinesLe chef de la police dérape: «Tuez vos dealers!»

Le patron des forces de l'ordre a exhorté les toxicomanes à tuer leurs dealers et à brûler leurs maisons pour lutter contre le trafic de drogue.

Critiqué de toute part dans les médias, M. dela Rosa a présenté ses excuses vendredi.

Critiqué de toute part dans les médias, M. dela Rosa a présenté ses excuses vendredi.

Reuters

«Pourquoi ne leur rendez-vous pas une visite? Vous arrosez leurs maisons d'essence et vous y mettez le feu pour dire votre colère!», a lancé Ronald dela Rosa dans un discours diffusé vendredi matin à la télévision.

«Ils profitent de votre argent, de l'argent qui vous détruit le cerveau. Vous savez qui ils sont. Vous voulez les tuer? Allez-y! Vous pouvez tuer vos dealers parce que vous êtes les victimes», a-t-il dit jeudi à plusieurs centaines de toxicomanes qui s'étaient rendus dans le centre du pays.

«Ils ressemblaient à des zombies»

Rodrigo Duterte a été élu président en mai sur un programme ultrasécuritaire, s'engageant à mettre fin en six mois au trafic de drogue en faisant abattre des milliers de trafiquants de drogue présumés. Il avait ouvertement appelé les Philippins au meurtre, notamment lors de son investiture le 30 juin: «Si vous connaissez le moindre drogué, allez-y et tuez le!».

La rapporteuse spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, a récemment dénoncé l'«incitation à la violence et au meurtre» par les autorités philippines. Pour autant, MM. Duterte et dela Rosa affirment agir dans le respect de la loi.

Critiqué de toute part dans les médias, M. dela Rosa a présenté ses excuses vendredi. «J'ai dit ça hier parce que je me sentais mal, face à ces pauvres, ces petits trafiquants et consommateurs. Ils ressemblaient à des zombies», a-t-il dit aux journalistes. «Je suis désolé si j'ai dit quelque chose de désagréable. Je suis juste un être humain qui peut s'énerver.»

«C'était un discours passionné»

Le porte-parole de M. Duterte, Ernesto Abella, a démenti que l'intention de M. dela Rosa ait été d'appeler au meurtre. «Il n'y a pas eu de tel appel. C'était un discours passionné», a-t-il dit aux journalistes sans plus de précision. Cette semaine, M. dela Rosa a néanmoins indiqué au Sénat que 1946 personnes avaient péri dans la guerre contre le crime, dont 756 tués par des policiers en situation de légitime défense. Il a affirmé que des enquêtes étaient en cours sur les 1190 autres, laissant entendre qu'il pouvait s'agir de règlements de compte entre trafiquants ne voulant pas laisser en vie des personnes susceptibles de les dénoncer.

De nombreux médias s'inquiètent cependant de l'existence d'escadrons de la mort échappant à tous contrôle, et du nombre grandissant d'enfants tués. Human Rights Watch a dénoncé la mort d'une fillette de cinq ans abattue cette semaine, vraisemblablement quand des hommes armés sont entrés chez elle pour tuer son grand-père, un toxicomane présumé.

(AFP)

Votre opinion