Actualisé

RéglementLe chef de la police devra habiter près de Lausanne

Le déménagement en Valais du commandant de la police avait suscité la polémique en 2012. Son successeur devra lui résider à moins de 30 minutes du chef-lieu lausannois.

Le syndic de Lausanne Daniel Brélaz a annoncé que le futur commandant de la police devra habiter près de Lausanne.

Le syndic de Lausanne Daniel Brélaz a annoncé que le futur commandant de la police devra habiter près de Lausanne.

Keystone

La Municipalité de Lausanne a décidé que le prochain commandant de la police ne devra pas habiter à plus de 30 minutes du chef-lieu lausannois. En 2012, le déménagement en Valais du commandant Pierre-Alain Raemy avait suscité la polémique.

«La jurisprudence du Tribunal fédéral protège la liberté d'établissement. On n'a le droit de faire que des restrictions mineures», a expliqué ce jeudi 30 avril le syndic Daniel Brélaz.

La Municipalité ne peut pas, par exemple, imposer un déménagement à un haut fonctionnaire qui est déjà en poste. «Mais quand le commandant partira à la retraite, son successeur ne devra en aucun cas habiter à plus de 30 minutes de Lausanne», a ajouté le syndic.

Sur place en 30 minutes

«Vu ses fonctions, il serait bien qu'un commandant de la police soit joignable et 'amenable' sur place en 30 minutes, quoi qu'il arrive», a ajouté Daniel Brélaz. Le syndic rappelle que le commandant Raemy a déménagé en Valais pour «raisons familiales» et qu'il réside la semaine dans le canton de Vaud, entre Lausanne et Yverdon-les-Bains.

Le commandant de la police n'effectue pas de permanence, ni de piquet. Mais il est atteignable en tout temps en cas d'événements nécessitant ses compétences ou son niveau d'intervention.

Trois quarts à moins de 30 minutes

La municipalité de Lausanne a décidé de changer son règlement en réponse à un postulat du conseiller communal Jean-Luc Laurent (PBD). L'élu demandait à la ville d'étudier la possibilité d'obliger ses employés qui occupent des postes à hautes responsabilités de vivre à «proximité raisonnable» de leur lieu de travail. Les trois quarts des cadres supérieurs lausannois sont domiciliés à moins de 30 minutes du centre-ville.

(ats)

Votre opinion