Espagne: Le chef de Podemos va quitter le gouvernement
Publié

EspagneLe chef de Podemos va quitter le gouvernement

Le chef de la gauche radicale de Podemos a surpris l’Espagne en annonçant lundi qu’il quittait un gouvernement en proie à des tensions, afin de se présenter aux élections régionales à Madrid, un pari très risqué.

Image d’archive de Pablo Iglesias.

Image d’archive de Pablo Iglesias.

AFP

«Je vais me présenter aux élections du 4 mai dans la région de Madrid», a dit Pablo Iglesias, ancien professeur de sciences politiques de 42 ans dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. «J’ai transmis (au chef du gouvernement socialiste) Pedro Sanchez ma décision de quitter mon poste au sein du gouvernement quand commencera la campagne électorale», a-t-il ajouté.

À Montauban, dans le sud-ouest de la France, où il participait à un sommet franco-espagnol avec le président français Emmanuel Macron, Pedro Sanchez a assuré avoir «souhaité bonne chance (à Pablo Iglesias) dans sa nouvelle aventure politique».

Fondateur et numéro un de Podemos depuis sa création en 2014, Pablo Iglesias a en outre indiqué que l’actuelle ministre du Travail Yolanda Diaz le remplacerait à la vice-présidence du gouvernement et comme candidate du parti lors des prochaines législatives, prévues en 2023.

Coup de théâtre

Un peu plus d’un an après la formation du premier gouvernement de coalition dans le pays depuis la fin de la dictature franquiste, ce départ de Pablo Iglesias est un véritable coup de théâtre politique en Espagne. Il intervient sur fond de tensions croissantes entre les socialistes de Pedro Sanchez et Podemos, les deux formations qui composent l’exécutif minoritaire dont Pablo Iglesias est depuis janvier 2020 l’un des quatre vice-présidents.

En quittant l’exécutif, Pablo Iglesias pourra «se dédier à la critique politique plus facilement», analyse Pablo Simon, professeur de sciences politiques à l’université Carlos III de Madrid.

Figure clivante pour les socialistes, Pablo Iglesias avait fait initialement face au veto de Pedro Sanchez à son entrée au gouvernement, avant que le socialiste ne finisse par céder après de nouvelles législatives en novembre 2019.

«Coûts énormes»

Alors que Podemos est en perte de vitesse, cette décision est aussi un pari très risqué pour Pablo Iglesias qui quitte la scène politique nationale sans aucune assurance de prendre à la droite la région la plus riche du pays, qu’elle dirige depuis plus de 25 ans.

«C’est délirant, les coûts sont énormes» alors que «tout le monde donne la gauche battue» à Madrid, juge Anton Losada, politologue à l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle. «C’est un pari fort mais risqué politiquement. Il peut perdre tout autant qu’Isabel Diaz Ayuso», la présidente actuelle de la région, ajoute Paloma Roman, professeure de sciences politiques à l’Université Complutense de Madrid, celle-là même où enseignait Pablo Iglesias.

Figure montante du Parti Populaire de tendance droite dure, Isabel Diaz Ayuso a elle aussi créé la surprise en rompant la semaine dernière son alliance avec le parti libéral Ciudadanos pour convoquer des élections anticipées, une décision qui redessine le paysage à droite. Elle affirmait craindre le même sort que le PP dans la région de Murcie (sud-est), où il était également allié avec Ciudadanos. Les libéraux ont effet fait volte-face dans cette région pour promouvoir une motion de censure contre le PP avec les socialistes pour tenter d’éjecter les conservateurs du pouvoir.

Avec l’arrivée de Pablo Iglesias, le scrutin régional madrilène renforce sa dimension nationale. Avec un «candidat de cette dimension (…) Madrid va représenter une bataille. C’est une région très importante, ce n’est pas une région comme une autre et cela fait plus de vingt ans que la gauche en est absente», souligne Paloma Roman.

Isabel Diaz Ayuso et la droite en ont fait eux une lutte entre «communisme» et «liberté», comme elle l’a dit lundi sur Twitter. Affirmant vouloir remporter la majorité absolue pour gouverner la région seule, elle pourrait toutefois avoir besoin de s’allier avec l’extrême droite de Vox, qui la soutient déjà mais ne fait pas partie de son exécutif.

Une éventuelle entrée de Vox dans un exécutif régional serait une première en Espagne depuis la percée il y a un peu plus de deux ans de cette formation ultranationaliste, devenue la troisième force politique du pays.

(AFP)

Votre opinion