Allemagne  - Le chef des conservateurs égratigne Angela Merkel
Publié

Allemagne Le chef des conservateurs égratigne Angela Merkel

Armin Laschet, qui a pris la tête du parti conservateur de la CDU en janvier, a taclé la chancelière allemande dans sa gestion de la crise, mardi.

Armin Laschet pourrait succéder à Angela Merkel au poste de chancelier allemand.

Armin Laschet pourrait succéder à Angela Merkel au poste de chancelier allemand.

Reuters

Le chef des conservateurs allemands et potentiel successeur d’Angela Merkel, Armin Laschet, a de nouveau marqué mardi, sa différence avec la chancelière dont il a égratigné le bilan sur la transformation numérique en appelant à faire «davantage confiance» aux régions.

«On ne peut pas continuer comme cela», a-t-il martelé lors du lancement d’une vaste consultation de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) afin d’élaborer un programme électoral en vue du scrutin législatif du 26 septembre.

«L’Etat et l’administration doivent être plus numérisés, plus rapides et plus efficaces. Nous avons besoin d’un changement culturel», a assuré Armin Laschet, alors que la CDU est aux commandes de l’Allemagne depuis l’accession au pouvoir d’Angela Merkel, il y a près de 16 ans.

Talonné par les Verts

En chute libre dans les sondages à six mois des élections, étrillé pour sa gestion récente de la pandémie de Covid-19 et des scandales financiers qui ont coûté à trois élus leur siège de député du Bundestag, le camp conservateur est en difficulté et talonné par les Verts. Dans la gestion de la crise sanitaire, Angela Merkel s’en est prise dimanche aux barons régionaux qui, selon elle, ne respectent pas les décisions prises pourtant en concertation avec eux pour tenter de juguler les contaminations.

Armin Laschet, qui dirige la région la plus peuplée du pays, la Rhénanie du Nord-Westphalie, lui a de nouveau répondu mardi: «Nous devons avoir confiance en ceux qui travaillent sur le terrain et permettre plus de liberté et de flexibilité», a-t-il plaidé.

La veille, il s’était déjà posé en défenseur des régions, assurant, au nom des seize chefs de gouvernement régionaux que chacun «prend très au sérieux» le respect des restrictions alors qu’une troisième vague de contaminations a touché l’Allemagne.

Candidat pas encore désigné

La CDU n’a pas encore désigné son candidat à la chancellerie, mais Armin Laschet, qui a pris la tête du parti en janvier, se verrait bien mener la bataille. Il pourrait cependant se voir souffler la place par le patron de la Bavière, Markus Söder, qui dirige le parti frère bavarois, la CSU, et jouit d’une plus grande popularité auprès des électeurs, selon les sondages.

Armin Laschet a également reconnu mardi des «erreurs dans la gestion de la pandémie, de mauvaises conduites personnelles, de l’égoïsme dans nos propres rangs» qui ont contribué «à ce que la confiance dans la fiabilité et l’efficacité de l’Union (ndlr: CDU) diminue».

(AFP)

Votre opinion