30.09.2020 à 09:42

FranceLe chef japonais Taku Sekine a mis fin à ses jours

Sa famille affirme que le cuisinier s’est «enfermé (…) dans une violente spirale de dépression» après avoir été l’objet de «ragots mensongers».

Taku Sekine, chef des restaurants Dersou et Cheval d’Or, à Paris.

Taku Sekine, chef des restaurants Dersou et Cheval d’Or, à Paris.

DR

Connu des amateurs de gastronomie parisiens, le chef Taku Sekine, 39 ans, a mis fin à ses jours, après des accusations d’agressions sexuelles dans la presse. Des «ragots mensongers sur les réseaux sociaux», dénonce sa famille.

«Les conditions de la mort de Taku Sekine ne sont ni ordinaires ni accidentelles», accuse un communiqué de sa famille publié mardi sur les réseaux sociaux.

Le jeune chef, loué par le guide du Fooding pour sa cuisine mêlant saveurs asiatiques et bistronomie, a «mis fin à ses jours, emporté par une grave dépression consécutive à sa mise en cause publique – sur les réseaux sociaux et sur un site spécialisé -, avec une récurrence s’apparentant à un véritable acharnement», poursuit sa famille.

Sa disparition survient alors que des enquêtes sur des violences sexuelles dans le secteur de la restauration voient le jour en France. Auteur d’un dossier sur le sujet publié courant août promettant «un grand déballage», le site Atabula mettait notamment en cause Taku Sekine.

Pas de plainte

Son nom «a été prononcé plusieurs fois, par des sources différentes, relatant à peu de chose près des faits similaires. J’ai contacté de nombreuses personnes, dont certaines faisaient partie du premier cercle de Taku Sekine, pour croiser au maximum les informations. À chaque fois, il y avait confirmation des faits reprochés», affirme mercredi Franck Pinay-Rabaroust, fondateur d’Atabula, dans un post aux airs de droit de réponse.

Sa mort est «dramatique. Pour sa famille et ses proches avant tout, pour toute une profession qui pleure la disparition d’un jeune chef qui incarnait la nouvelle génération. Les réactions sont à la hauteur de la tragédie, brutales. Il n’y aura malheureusement pas de procès Taku Sekine. Il faut le regretter», poursuit le journaliste.

Evoquant des «ragots mensongers», la famille du chef rappelle qu’il «n’a jamais été poursuivi ni fait l’objet d’aucune plainte». «À la fin du mois d’août, le site spécialisé Atabula s’est fait l’écho d’une enquête journalistique en cours sur le sujet, évoquant un +célèbre chef parisien+», rapporte le magazine «Vanity Fair» dans son édition française.

Formé par Alain Ducasse

«Quelques semaines plus tard, Atabula jetait son nom en pâture, sans qu’aucune enquête de fond n’ait été publiée ni de plainte déposée: +Suite aux plaintes d’agressions sexuelles et de viols en cours et à venir contre Taku Sekine, le chef aurait pris la poudre d’escampette au Japon+», a poursuivi le magazine, indiquant que le chef avait «immédiatement démenti" cette information auprès de sa rédaction.

Taku Sekine était le chef des restaurants Dersou, ouvert fin 2014 dans le quartier de Bastille à Paris et récompensé du prix de la «meilleure table 2016» par le guide du Fooding, ainsi que de Cheval d’Or, une table panasiatique «à hennir de plaisir», selon le même site.

Il avait été formé par Alain Ducasse, avant de rejoindre le Plaza Athénée, puis la chef Hélène Darroze.

Mardi, Atabula a mis en cause un autre chef, Guy Martin du Grand Véfour, accusé de tentative de viol par une femme travaillant dans la restauration, ce dont il s’est défendu sur Twitter.

«Monsieur Guy Martin conteste formellement les accusations (…) concernant des faits qui se seraient déroulés en 2015. Ces allégations sont dépourvues de tout fondement», a tweeté le chef doublement étoilé.

Suicidaire? Faites-vous aider!

«Chercher de l’aide n’est pas un aveu de faiblesse ! C’est un démarche courageuse et positive», affirme l’association Stopsuicide ( https://www.stopsuicide.ch/site/content/trouver-de-laide ), dont la mission est de parler, faire parler, informer, sensibiliser et augmenter les possibilités de prévention.

N’hésitez pas à téléphoner, notamment aux structures suivantes : «La Main Tendue» (composer le 143), la «Ligne d’aide pour jeunes» (composer le 147), «Malatavie Ligne Ados» (HUG - Children Action), 022 372 42 42.

(AFPE)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!