Publié

AttaqueLe chien qui a mordu Mike s'en sort bien

Un écolier de La Chaux-de-Fonds a été grièvement blessé à un coude par un amstaff. Sa maman ne comprend pas que l'animal ait déjà été restitué à celui qui le promène.

Malgré son coude bandé, Mike, 13 ans, est retourné jouer au hockey avec son équipe de minis à la patinoire de La Chaux-de-Fonds. La douleur s'estompe, mais la blessure qu'un chien lui a infligée voici deux semaines est grave. «Il est rentré à la maison en courant et en hurlant», rapporte sa maman, Jessie Robert.

L'attaque s'est déroulée le 29 août avant midi, sur le trottoir de la rue Stavay-Mollondin. «Le copain plus jeune que j'accompagnais en rentrant de l'école a eu peur de croiser deux chiens tenus en laisse par un homme assis sur un muret», raconte Mike.

Pour protéger un copain

Le bâtard de type amstaff a-t-il senti la crainte du plus jeune des deux garçons? Toujours est-il qu'à leur passage, il a mordu Mike qui faisait écran devant l'autre écolier. «Qui sait si mon copain n'aurait pas été mordu au visage?» s'inquiète le jeune garçon, habitué à vivre avec un labrador. La chair à vif, Mike a serré les dents. En découvrant sa plaie, sa maman a vacillé: «T'as fait ça comment?» a-t-elle demandé, sans penser à une morsure. En revenant des urgences, où des calmants lui ont été administrés, Mike a tenu à retourner à l'école l'après-midi.

Chiens séquestrés et relâchés

Selon un patrouilleur scolaire interrogé par la maman, les deux chiens noirs concernés sont parfois laissés sans surveillance, attachés à la barrière. Suite à la plainte déposée par la maman, la police a rapidement identifié les chiens et celui qui s'en occupe.

Séquestrés préventivement par le Service vétérinaire neuchâtelois et placés dans un refuge, les chiens ont été restitués une semaine plus tard non pas au propriétaire, que «Le Matin» n'a pas réussi à identifier, mais à celui qui les promène. «Le séquestre sert à éviter d'autres pépins pendant l'enquête», explique le vétérinaire neuchâtelois, Pierre-François Gobat.

Maman en colère

Mais cette décision met la maman en rage: «Faut-il que ce chien arrache un bras? Si notre labrador se mettait à mordre, on le piquerait sans hésiter!» affirme Jessie Robert. «Des propriétaires qui euthanasient leur chien de leur propre chef, il y en a une dizaine chaque année. Il est rare que la décision de tuer soit prise directement par notre service», répond Pierre-François Gobat. L'euthanasie, c'est l'ultime recours contre un chien récidiviste.

La restitution des chiens ne signifie pas que rien n'est entrepris. En l'occurrence, le Service vétérinaire neuchâtelois a imposé une muselière et une laisse courte au chien qui a mordu. Plus question non plus de promenade à deux canidés. «Nous appliquons la sanction la moins lourde permettant d'empêcher la récidive, sans distinction de race. C'est la dangerosité de l'individu qui est examinée», explique Pierre-François Gobat.

60 morsures par an à Neuchâtel

A Neuchâtel, 60 morsures par an sont signalées, pour un parc de 11 000 chiens. «Ce canton a été le premier canton à introduire l'annonce obligatoire pour les morsures par les médecins», relève Nathalie Rochat, porte-parole à l'Office vétérinaire fédéral.

Votre opinion