Basket-NBA: Le choc Golden State - Cleveland, «la belle»

Publié

Basket-NBALe choc Golden State - Cleveland, «la belle»

Les Golden State Warriors et les Cleveland Cavaliers vont se retrouver pour la 3e fois de suite en finale (best of 7) avec un premier acte agendé dans la nuit de jeudi à vendredi 3 à Oakland.

James Lebron de Cleveland dribble Stephen Curry des Golden State lors d'un précédent match.

James Lebron de Cleveland dribble Stephen Curry des Golden State lors d'un précédent match.

AFP

On pourrait appeler ça «la belle». Vainqueurs en 2015 4-2, les Warriors avaient été brillants pour remporter un quatrième titre. L'an passé, Cleveland avait enfin touché au Graal après 46 ans d'attente. Emmenés par un LeBron James stratosphérique, les Cavs avaient remonté un handicap de 3-1 pour finalement s'imposer 4-3 dans l'un des retournements de situation les plus improbables de la NBA.

Meilleure équipe à l'Ouest avec un record de 67 victoires pour 15 défaites, Golden State règne depuis plusieurs mois sur la NBA. Les Warriors ont terminé la saison régulière sur un 15-1 avec un seul revers concédé face à Utah le 10 avril. Les Californiens ont ensuite enchaîné douze succès en play-off pour se retrouver en finale avec un bilan immaculé. Portland, Utah et même les San Antonio Spurs n'ont pu dérégler la belle machine de Steve Kerr. Le match le plus serré des Warriors? Le premier de la finale de Conférence contre San Antonio. Une victoire 113-111 lors de laquelle Curry & Cie ont dû remonter un débours de 25 points. Orphelins de Kawhi Leonard, les Texans avaient ensuite subi la maestria de Golden State.

Comme c'est souvent le cas, Steph Curry a sorti l'artillerie lourde au moment des séries éliminatoires. Comme par magie, le meneur californien a augmenté sa moyenne de points, la faisant passer de 25,3 à 28,6. Idem pour le taux de réussite au shoot qui se situe maintenant à 50,2% contre 46,85% en saison régulière. Et si par hasard le meilleur shooteur à 3 points de la Ligue venait à connaître un jour sans, il y a toujours Kevin Durant, le monstre défensif Draymond Green et le shooteur Klay Thompson pour emmener l'équipe vers le haut.

Arrivé à l'intersaison en provenance d'Oklahoma City, Kevin Durant s'est parfaitement intégré au moule Golden State. Avec 25,2 points de moyenne, «Durantula» impressionne surtout par son pourcentage de 55,6% au shoot. Hormis Klay Thompson qui se cherche un peu en ce moment au niveau de la précision (38,3% de réussite), les autres joueurs font plus que leur job. Ce qui frappe, c'est la moyenne de l'équipe à 3 pts avec 38,9% de réussite.

LeBron James, atout majeur

Autant dire que la tâche des Cavs s'annonce plutôt ardue. Mais le champion possède en LeBron James une arme de destruction massive. Moyens en saison régulière avec 51 succès pour 31 défaites, les Cavaliers ont drastiquement élevé leur niveau de jeu en play-off. Du coup, si les Warriors affichent un bilan de 12-0 en séries, Cleveland en est à 12-1.

La seule défaite de la franchise de l'Ohio est intervenue lors de l'acte II de la finale de Conférence face à Boston, à domicile qui plus est. Piqués au vif, les Cavaliers ont rapidement rétabli la situation pour se hisser en finale. Et «The Chosen One» a enchaîné les matches de référence à plus de 25 points, sauf lors de la défaite face aux Celtics où il n'a inscrit que 11 points.

En treize matches de play-off, LBJ tourne à 32,5 pts de moyenne, 8 rebonds, 7 assists, 2,15 interceptions et 1,38 contre. Du LeBron dans le texte et un statut de MVP impossible à négliger. Sa garde rapprochée ne s'en sort pas mal. Kyrie Irving est un lieutenant parfait avec 24,5 pts de moyenne, tandis que Kevin Love et Tristan Thompson captent à eux deux environ vingt rebonds par match. Plus étonnants, les Cavs affichent un pourcentage à 3 pts de 43,5%!

La finale pourrait bien se jouer à distance, mais avec King James, le coach Tyronn Lue possède une carte exceptionnelle.

Avec son physique hors norme et son expérience (septième finale de rang pour trois titres), LeBron James est un casse-tête tactique pour le coach adverse. S'il est en feu, le numéro 23 peut détruire l'adversaire à distance ou à l'intérieur.

L'année passée, James avait porté Cleveland sur ses épaules pour le premier titre de la franchise. On avait alors parlé de «mission accomplie» pour l'enfant d'Akron dans l'Ohio. Golden State avait étonnamment laissé filer un avantage de 3-1. Gageons que les Californiens ne referont pas deux fois la même erreur. Cela signifie que James devra être au sommet de son art pour faire tomber les Warriors. Mais ça tombe bien, le King est taillé pour ça.

(si)

Ton opinion