Actualisé

MarchésLe chômage américain plombe les Bourses européennes

Les Bourses européennes ont fini en forte baisse vendredi et au plus bas depuis six mois plombées par des chiffres décevants sur l'emploi aux Etats-Unis et la situation de la zone euro.

Les marchés européens plombés par les chiffres du chômage américain

Les marchés européens plombés par les chiffres du chômage américain

ARCHIVES, AFP

L'économie américaine n'a ainsi créé que 69'000 emplois en mai, un chiffre inférieur de plus de moitié au consensus Reuters et le plus faible depuis un an. Le taux de chômage est reparti à la hausse, à 8,2%.

Ces chiffres sont venus s'ajouter aux mauvaises nouvelles en provenance d'Europe, où se multiplient les signes de ralentissement de l'activité et où aucun signe encourageant n'est venu apaiser les craintes liées à la crise de la dette dans la zone euro, ainsi que de Chine, où l'industrie a confirmé son ralentissement dans les dernières enquêtes auprès des directeurs d'achats.

Zurich et Londres résistent

Dans le détail, la Bourse suisse a terminé en baisse de 1,24% à un peu plus de 5777 points. Ailleurs, Francfort a chuté de 3,42%, Paris de 2,21% et Londres de 1,14%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a pour sa part reculé de 2,22%, au plus bas depuis décembre.

A Wall Street, les principaux indices perdaient autour de 2% à l'approche de la mi-séance après être tombés sous leur moyenne mobile sur 200 jours pour la première fois depuis le 30 décembre. Les banques figuraient parmi les plus fortes baisses, à l'instar de JPMorgan (-3%).

Le pétrole décroche

Sur le marché des changes, l'euro a touché à 1,2286 dollar son plus bas niveau depuis juin 2010, juste après les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, avant de se reprendre légèrement. L'ambiance pesante sur les marchés profite au yen, qui a atteint face à la monnaie européenne son plus haut niveau depuis plus de 10 ans.

Quant au pétrole, il a été plombé par les craintes pour la croissance mondiale et la demande d'énergie. Les cours de l'or noir ont cédé plus de 3% et le Brent est repassé sous le seuil symbolique de 100 dollars, au plus bas depuis près de 16 mois.

Pétrole en chute libre

Les cours du pétrole ont lourdement chuté à New York vendredi, les investisseurs craignant une détérioration de la santé économique, déjà fragile, des Etats-Unis après une hausse inattendue du chômage dans ce pays. Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en juillet a perdu 3,30 dollars par rapport à la clôture de jeudi, à 83,23 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

(ats/afp)

Votre opinion