Publié

sauvetage aérienLa Rega manque son entrée dans le ciel valaisan au profit d’Air-Glaciers 

Le Canton vient d’attribuer la mission de sauvetage à Air-Glaciers et Air Zermatt, qui gardent donc un mandat historique âprement disputé ces derniers mois. 

Air-Glaciers

Voilà des mois que les montagnes valaisannes sont au cœur d’une lutte acharnée entre les compagnies de sauvetage aérien. Compétiteurs principaux, Air-Glaciers et la Rega se disputaient la place. Finalement, rien ne bouge: le ciel valaisan reste la chasse gardée de la société Air-Glaciers, détenue depuis 2020 par Air Zermatt, comme l’a annoncé l’Organisation cantonale des secours (OCVS) ce mardi. Celle-ci perpétue donc une situation en place depuis des décennies déjà.

Sous le feu des critiques (lire ci-dessous), l’OCVS assure avoir «scrupuleusement examiné» les quatre dossiers reçus, et en conclut que la proposition de répartition territoriale actuelle (Air Glaciers pour le Valais romand, Air Zermatt pour le Haut-Valais) «permet une couverture satisfaisante, efficace et rationnelle des besoins en matière de sauvetage héliporté». Le dossier de la Rega, éligible lui aussi et comportant «des qualités évidentes», «aurait représenté une complexification pour l’ensemble du dispositif». En effet, il proposait l’ajout d’un seul appareil basé à Sion, «impliquant une multiplication des intervenants» car le dispositif aurait dû être complété, précise le Canton. 

Le dossier conjoint d’Héli-Alpes et de la Rega n’est pas entré en lice, poursuit l’OCVS, «car il ne remplit pas les critères d’éligibilité contenus dans le cahier des charges». La mise en œuvre du nouveau mandat est prévue pour le 1er mai 2023. 

Ecartée, la Rega reste laconique

Contactée, la Rega ne s’épanche pas sur cette défaite. Elle prend acte, et indique que la décision de l’OCVS n’a aucune influence sur son dispositif existant, qui comprend notamment une base à Sion. Et indique, philosophe, qu’elle continuera à s’engager pour les patients, «car le sauvetage aérien ne connaît tout simplement pas de frontières cantonales».

Le canton sous le feu des critiques

Le dossier est monté jusqu’au Tribunal fédéral, puisque le patron de la compagnie locale Héli-Alpes s’est battu avec succès pour forcer le Canton à remettre le mandat en jeu. Cette offensive fait suite à une brève collaboration entre les deux compagnies, durant laquelle Air-Glaciers avait décidé de sous-traiter à Héli-Alpes certains transferts secondaires, rapportait «Le Nouvelliste» l’an dernier. La collaboration avait été interrompue brutalement en 2016, notamment à cause des velléités d’Héli-Alpes de récupérer le mandat.

De son côté, la Rega a accusé cet automne l’OCVS de ne pas être impartial, puisque des représentants d’Air-Glaciers et d’Air Zermatt siègent en son sein. La station haut-valaisanne a également joué un rôle dans cette guerre du ciel, en accusant la compagnie par la voix du directeur de Zermatt Tourisme lui-même, de priver le Valais d’une partie de son identité.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boite mail, l'essentiel des infos de la journée.

(rmf)

Ton opinion

6 commentaires