Le cofondateur d’Oculus se vante de travailler sur un casque tueur

Publié

Réalité virtuelleLe cofondateur d’Oculus se vante de travailler sur un casque tueur

Palmer Luckey a révélé dimanche l’existence d’un prototype qui explose quand son porteur décède dans le métavers.

par
JChC
Le dispositif imaginé par le cofondateur d’Oculus.

Le dispositif imaginé par le cofondateur d’Oculus.

Twitter/Palmer Luckey

C’est à l’évidence une provocation. Une démarche «artistique» pour le meilleur, une inquiétante dérive pour le pire. Palmer Luckey, cofondateur d’Oculus VR, prodige trentenaire qui a décroché le pactole en 2014 en revendant à Facebook sa technologie de casque de réalité virtuelle (RV), a évoqué dimanche dernier dans son blog un des projets sur lequel il travaille: un casque qui tue dans la vraie vie son porteur lorsque l’avatar périt dans un quelconque métavers.

«J’ai intégré trois petites charges explosives que j’employais pour un autre projet. Je les ai couplées à un photocapteur à bande étroite. L’explosion survient quand l’écran clignote en rouge à une fréquence spécifique. Cela rend l’intégration facile pour un développeur. Quand le «game over» approprié s’affiche sur l’écran, les charges sont activées et détruisent instantanément le cerveau du porteur.», écrit-il. Le petit génie a joint une photo de son prototype qui laisse apparaître trois tubes inquiétants. L’épée ajoutée à côté du casque mortel est tirée du manga «Sword Art Online», principale source d’inspiration de Palmer Luckey. Il y est en effet question d’interfaces mortelles directement reliées au cerveau humain.

«Cela m’a toujours fasciné»

«L’idée de lier étroitement le destin d’un porteur de casque à son avatar m’a toujours fasciné, précise-t-il. Les enjeux sont poussés à leur plus haut niveau et vous contraignez les usagers à repenser fondamentalement leurs interactions. Les graphismes augmentent le réalisme, certes, mais seule la menace de conséquences sérieuses rend l’immersion efficace.»

Le bricoleur n’est pas encore satisfait de son prototype. Il lui paraît nécessaire de régler quelques menus problèmes avant d’envisager d’essayer sur lui-même l’affolante nouveauté: empêcher toute défaillance qui déclencherait les explosifs alors qu’ils ne devraient pas l’être en est un. Trouver un système qui empêche le porteur d’enlever le casque lorsque la partie est lancée en est un autre.

Chemins inexplorés

«À ce stade, ce n’est qu’un objet d’art posé sur un bureau, croit nécessaire de conclure Palmer Luckey. Un rappel audacieux de l’existence de chemins encore inexplorés dans la conception de jeux vidéo. Et autant que je sache, il s’agit du premier casque de réalité virtuelle qui peut concrètement tuer son porteur. Ce ne sera pas le dernier», prédit celui qui s’est affiché en tant que soutien de Donald Trump et qui, dans le cadre de ses activités post Facebook, a cofondé une nouvelle entreprise dont un des hauts faits est de contribuer à un programme pilote pour le gouvernement américain afin de détecter les immigrants illégaux qui tentent d’entrer au Texas depuis le Mexique.

Ton opinion

11 commentaires