06.10.2020 à 15:09

CoronavirusLe commerce mondial ne devrait reculer que de 9,2% en 2020

L’Organisation mondiale du commerce reste prudente dans ses projections en affirmant que la situation pourrait se détériorer si les cas de Covid augmentent ces prochains mois.

La situation du commerce mondial devrait être moins mauvaise que prévu selon l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève (archives).

La situation du commerce mondial devrait être moins mauvaise que prévu selon l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le recul du commerce mondial cette année en raison du Covid ne devrait être que de 9,2%, selon l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L’institution a dit mardi à Genève s’attendre aussi à une reprise de 7,2% l’année prochaine.

En avril dernier, l’OMC avait évalué l’impact le plus optimiste à 12,9%. Mais de bons résultats ont été observés en juin et juillet, notamment avec la croissance du commerce des produits liés au Covid. La Chine a rassemblé plus de 43% des ventes de matériel de protection individuelle et près de 60% du commerce de masques qui a progressé au total de près de 90% à plus de 70 milliards de dollars.

«Le commerce a contribué dans la lutte face à la pandémie», a dit à la presse l’un des directeurs généraux adjoints Yi Xiaozhun, alors que l’institution n’a plus de patron depuis le départ de Roberto Azevedo fin août. La pandémie a affecté aussi bien l’approvisionnement que la demande.

Les restrictions aux commerces n’ont, elles, eu un impact que sur une petite partie des transactions. De même que les tensions entre les Etats-Unis et la Chine qui avaient provoqué des effets avant même la pandémie. Le nombre de restrictions a récemment ralenti, de même que la levée de celles qui avaient été décidées et que celui des dispositifs favorables au commerce.

Recul de 4,8% pour le PIB

Le coût économique de la crise a été important mais il a permis de sauver de nombreuses personnes, selon M. Yi qui a appelé les Etats à ne pas recourir à des dispositifs protectionnistes après le Covid. Les disputes liées au commerce pendant la pandémie peuvent être abordées à l’OMC, a dit le directeur général adjoint alors que le tribunal d’appel est dysfonctionnel depuis un blocage par les Etats-Unis.

Le Produit intérieur brut (PIB) mondial devrait lui se déprécier de 4,8% cette année, avant d’avancer de près de 4,5% l’année prochaine. Cette composante est moins bonne qu’attendu, ajoute l’économiste en chef de l’OMC Robert Koopman.

Pour autant, l’organisation reste prudente en affirmant que la situation pourrait se détériorer si les cas de Covid augmentent ces prochains mois. «C’est encore possible», a aussi ajouté M. Yi. Tout dépendra des dispositifs de santé qu’aux politiques fiscales pour favoriser la relance, dit également de son côté l’économiste en chef.

Asie moins touchée

Au deuxième trimestre, le commerce des marchandises a reculé de près de 15%, baisse la plus forte jamais observée par l’OMC. Ce chiffre devrait s’améliorer et même augmenter de 5% en 2021. Alors même que les coûts des livraisons ont largement augmenté. De leur côté, les pays exportateurs de ressources naturelles ont fait face à des effets plus modérés.

L’Asie devrait être moins affectée. Le recul du commerce, aussi bien côté exportations que côté importations, devrait s’établir à environ 4,5%. Le nord du continent américain et l’Europe sont très touchés.

Le premier devrait être confronté à un recul de près de 15% des exportations et de plus de 8% des importations, avant une croissance de près de 11% et plus de 6% en 2021. Les exportations européennes se déprécieront de plus de 11% et les importations de plus de 10%, avant une reprise de plus de 8% dans les deux cas.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé